La Douane cartonne

14/06/2011
 La Douane cartonne

La Douane contribue pour plus de 50% aux recettes fiscales du Togo. Son chiffre d’affaires est de passé de 80 milliards il y a cinq ans à 133 en 2010.
C’est dire le rôle essentiel qu’elle joue dans la politique de relance économique engagée par le gouvernement.
L’institution s’est d’ailleurs profondément réformée pour davantage d’efficacité. Reste que les passe droits, les petites combines de certains fonctionnaires et les mauvaises habitudes demeurent.

Marc Abli Bidamon (photo), le directeur général de la Douane est conscient du problème et du manque à gagner engendré par ces pratiques ; il entend y remédier par des campagnes d’information et si cela ne suffit pas, par des sanctions disciplinaires.
 

Republicoftogo.com : Les recettes douanières étaient à la hausse en mai. Cette tendance va-elle se confirmer dans les mois qui viennent ?

Marc Abli-Bidamon : Jusqu’à 2006, la Douane n’avait jamais dépassé la barre de 80 milliards de recettes.  En 2006, nous avons collecté 92 milliards, puis 105  en 2007, 112 en 2008, 123 en 2009 et 133 en 2010.
Pour les 5 premiers mois de l’année courante on est déjà à 61 milliards. C’est dire le chemin parcouru.
Nous avons constaté un pic particulier au cours du mois de mai où cours duquel nous avons collecté 14 milliards. C’est vraiment un record, depuis que la Douane existe et nous espérons faire aussi bien dans les mois qui viennent.

Republicoftogo.com : Le gros des recettes est généré par le Port de Lomé, mais que représentent celles collectées à l’aérien et aux frontières terrestres ?
Marc Abli Bidamon : Le port fait effectivement environ 70% de nos recettes. La raffinerie environ 20%, l’aéroport, à peu près 4%. Il en est de même pour le poste de Kodjoviacopé. Le reste est assuré par les postes de Savee Condji et Sinkansse.

Republicoftogo.com : Malgré la réorganisation de la Douane, il y a encore du coulage, des petites combines avec les agents de votre administration. Comment y mettre un terme ?

Marc Abli-Bidamon : Nous prévoyons des actions de sensibilisation et de formation. Il existe également un Conseil de discipline qui a été créé et qui doit être mis en place dans les prochains jours. Nous attendons de faire aboutir les négociations avec l’OMD (Organisation mondiale des Douanes) et d’obtenir un décaissement du ministère de l’Economie et des Finances pour démarrer toutes ces actions qui, au final, doivent contribuer à limiter aux mieux ces pratiques, d’ici la fin de l’année.

Republicoftogo.com : La Diaspora qui souhaite faire du business avec le Togo se plaint de taxes trop lourdes à l’importation et du zèle de certains douaniers à l’aéroport de Lomé qui imposent des tarifs prohibitifs. Comptez-vous remédier à cela et envisagez-vous des dispositions pour aider les Togolais de l’étranger à commercer plus facilement.

Marc Abli-Bidamon : Il faut d’abord comprendre qu’aucun douanier ne peut fixer de lui-même la valeur d’une marchandise. Le tarif est fixé par la Commission de l’UEMOA, c’est ce qu’on appelle le TEC (Tarif extérieur commun). La Douane a juste pour mission de s’assurer que l’évaluation de cette marchandise est conforme.  Il y a une procédure claire pour faire le dédouanement des marchandises à l’import comme à l’export surtout quand la valeur de la marchandise dépasse les 1.500.000 Fcfa.

L’opérateur doit utiliser les services d’un transitaire ou d’un commissionnaire en douane qui se charge du dossier.
Avant que la marchandise n’arrive, le transitaire doit déposer au COTECNA l’intention d’importation. Le dossier sera examiné et vérifié par ce service qui délivrera l’attestation de vérification qui permet de dédouaner la marchandise sans problème. 

Mais si l’opérateur débarque avec la marchandise dans ses valises sans avoir effectué les formalités préalables, il peut arriver que le douanier applique une valeur supérieure, faute d’information précise sur la nature des biens importés.

Je conseille donc aux Togolais de la Diaspora de recourir impérativement aux services de transitaires.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.