Le Togo a lancé son premier emprunt islamique

19/10/2016
Le Togo a lancé son premier emprunt islamique

Risques proportionnés

La BRVM, bourse commune aux pays de l’UEMOA, se lance à son tour dans la finance islamique. Depuis mardi, 5 Sukuk d’un montant de 766 milliards de Fcfa sont côtés. Ces emprunts, conformes à la Charia, ont été émis par le Togo, la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

La Bourse d’Abidjan est la première place au monde à admettre à sa cote, le même jour ce type d’emprunts émis en monnaie locale, a indiqué Pierre Goudiaby Atepa, le président du conseil d’administration.

Le terme 'Sukuk' est l’équivalent islamique des obligations. Cependant, contrairement aux obligations conventionnelles, qui confèrent simplement la propriété d’une dette, le Sukuk accorde à l’investisseur une part d’un actif, ainsi que des flux de trésorerie et des risques proportionnés. En tant que tels, les titres Sukuk respectent les lois islamiques parfois appelées principes de la Charia, qui interdisent la facturation ou le paiement d’intérêts.

C’est la Société islamique de développement du secteur privé, filiale de la Banque islamique de développement (BID), appuyée par des Sociétés de gestion et d’intermédiation locales (SGI), qui a été le principal arrangeur de ces emprunts.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les touristes en quête d'authenticité

Tourisme

L’Agence égyptienne de partenariat pour le développement organise depuis le début de la semaine au Caire un atelier de formation sur l’écotourisme.

Le PNUD offre de la mobilité au HCRRUN

Coopération

Des véhicules 4X4 viennent d'être offerts au Haut Commissariat pour faciliter le processus d'indemnisation. 

Semences israéliennes pour tomates togolaises

Coopération

Le Togo et Israël renforcement leur coopération dans la recherche agricole. Les tests sur la tomate s'annonce très encourageants.

Guinée Bissau : la Cédéao brandit la menace de sanctions

Cédéao

Faute d'avoir respecté ses engagements vis à vis de la Cédéao, la Guinée Bissau pourrait être sanctionnée par l'organisation régionale.