Le courage et la force

07/10/2014
Le courage et la force

Ousmane Diagana (G) Adji Otèth Ayassor et Hervé Assah

Le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Adji Otèth Ayassor, a débuté mardi ses consultations à Washington avec les responsables du FMI et de la Banque mondiale. La capitale fédérale accueille toute cette semaine les Assemblées d’automne des deux institutions.

Devant une vingtaine d’experts de la Banque mondiale, réunis autour de Ousmane Diagana,  directeur des Opérations pour le Togo, M. Ayassor a évoqué la situation économique et financière du pays.

L’objet de la rencontre, a souligné M. Diagana, est d’abord de faire un état précis du portefeuille de la Banque mondiale au Togo et de l’adapter, le cas échéant, en fonction de certaines priorités. Mais également de parler de projets précis concernant le climat des investissements, la prévention contre les catastrophes naturelles et la libéralisation des télécoms.

Il a rappelé en préambule que le développement de l’épidémie d’Ebola – qui n’a pas touché le Togo – était une source de préoccupation et pouvait avoir des conséquences réelles susceptibles de contrarier certains projets prévus au Togo. Il s’est cependant voulu rassurant.

Lors de son exposé, M. ayassor a indiqué que la situation économique était stable avec un taux de croissance estimé entre 5,8 et 6% pour 2015 et un taux d’inflation contenu. Ce taux devrait se situer autour de 5,4% pour cette année.

La réforme majeure qui repose sur la création de l’Office togolais des recettes (OTR), fusion de la douane et des impôts a porté ses fruits avec une très nette augmentation des recettes et des taux de recouvrement. Des progrès sont à faire du côté de la douane, a toutefois concédé le ministre.

Outre l’OTR, la mise en place du Guichet du commerce extérieur contribue à une forte mobilisation des recettes.

M. Ayassor a souligné que les autorités poursuivaient leur offensive contre l’évasion fiscale.

Interrogé par les responsables de la Banque mondiale sur le processus de privatisation des deux dernières banques publiques, Adji Otèth Ayassor, a confirmé que l’objectif du gouvernement était bien de céder l’UTB et la BTCI. Mais la situation des deux établissements est très différente. Si l’UTB est en bonne santé, ce n’est pas le cas de la BTCI, donc difficile à vendre. Aussi, différents scénarios sont envisagés dont une fusion des deux entités. La BM s’est déclarée prête à assister le Togo pour rechercher la meilleure formule.

Lors des discussions, il a aussi été question des réformes de la filière coton et phosphate.

Une mission de la Banque devrait se rendre en novembre à Lomé pour appuyer la réforme de l’eau et de l’assainissement. Par ailleurs, elle continuera d’aider le Togo en matière de gestion intégrée des catastrophes, de réduction des émissions et de lutte contre l’érosion côtière.

Ousmane Diagana a reconnu que le pays avait fait de très gros efforts dans de nombreux domaines et que les choses aujourd’hui se présentaient positivement.

Un situation que devrait refléter le prochain rapport ‘Doing Business’ dont les indices de calcul ont changé par rapport aux années précédentes.

‘L’appui renouvelé de la Banque mondiale nous donne le courage et la force’, a déclaré le ministre togolais au terme de la rencontre.

Une rencontre à laquelle assistait, notamment, Hervé Assah, le représentant de la BM pour le Togo et des cadres du ministère de l’Economie et des Finances.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.