Le secteur privé, moteur de croissance

18/02/2010
Le secteur privé, moteur de croissance

En fin de mission à Lomé, le responsable de la Banque mondiale au Togo, Joseph Baah-Dwomoh, dresse un bilan de la situation économique et financière du pays. Premier constat, les autorités n’ont pas été aidées par un contexte international peu favorable avec les crises alimentaires, énergétiques et financière.

Malgré ce lourd handicap, le gouvernement a fait tout son possible pour améliorer le pouvoir d’achat de la population et pour lui offrir de meilleures conditions de vie, estime-t-il.
Sur un strict point de vue des relations avec la Banque mondiale, le Togo a fait de gros progrès en matière de gouvernance économique et de transparence, note l’expert.


En 2008, la BM a accordé un appui budgétaire de 175 millions de dollars dont 150 ont servi à apurer les arriérés dus. L’aide a été de 20 millions en 2009 et l’institution devrait apporter une aide plus conséquente au cours de l’année 2010.

L’objectif, explique Joseph Baah-Dwomoh, est de parvenir à une annulation totale de la dette. Le Togo a déjà atteint le Point d’achèvement des Pays pauvres très endettés (PPTE) ; un processus qui devrait permettre d’entrevoir l’effacement total.


Enfin, pour le représentant de la BM, le secteur privé est l’unique moteur de croissance. Il est donc essentiel de lui offrir un cadre ultra-libéral.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Médecine chinoise pour combattre le paludisme

Santé

Près de 200.000 injections d’artéméther ont été offertes vendredi au ministère de la Santé par les autorités chinoises.

Avant-première au 2 février

Culture

L’acteur américain d’origine béninoise, Djimon Hounsou, présentera son nouveau documentaire consacré au vaudou le 10 décembre à Lomé.

La Chambre consulaire régionale va déménager

Uemoa

La Chambre consulaire régionale de l’UEMOA aura dans 30 mois un nouveau siège à Lomé.

La Chine va moderniser la télévision publique

Coopération

La Chine va financer pour 3,5 milliards de Fcfa la modernisation de la télévision publique (TVT) et dans une moindre mesure celle de Radio Lomé.