Les journaux s’acharnent à raconter n’importe quoi

17/03/2018
Les journaux s’acharnent à raconter n’importe quoi

Aucun critère politique dans la stratégie de la Banque islamique

Journaux et sites internet rapportent que les responsables togolais ont été obligés de ‘supplier’ la Banque islamique de développement (BID) de reprendre ses financements.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, était à Djeddah en début de semaine pour signer une convention de 20 millions de dollars.

La BID – majoritairement contrôlée par l’Arabie Saoudite - avait récemment annulé trois projets. Bandar Mohamed Hamza Hajjar, le président de l’institution, a tenu à préciser que cette mesure ne concernait pas que le Togo mais tous les pays dont le taux de consommation est ressorti faible sur les crédits accordés.

Mais les médias togolais continuent d’expliquer que cette suspension est la conséquence du rejet par le Togo de la résolution de l’ONU condamnant la décision des Etats-Unis de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

C’est évidemment une fausse information des journaux togolais et une absence de connaissance des réalités géopolitiques. 

Si l’Arabie Saoudite et Israël n’entretiennent pas officiellement de relations diplomatiques, les consultations sont régulières et de plus en plus étroites.

Signe de ce rapprochement, les autorités de Riyad ont autorisé vendredi la compagnie Air India à survoler son espace aérien pour ses liaisons entre New Delhi et Tel Aviv.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.