Naissance de la BIAT

25/09/2013
Naissance de la BIAT

Le Groupe marocain Attijariwafa Bank a officialisé mercredi la reprise de 55% du capital de la Banque internationale pour l’Afrique (BIA)-Togo 

L’annonce avait été faîte au mois de mai, mais ce rachat devait recevoir l’accord de la Commission de privatisation et l’autorisation de la Banque centrale du Maroc et de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)

Aux termes de ce contrat Attijari a acquis 55 % des actions de la BIA Togo au prix de 8,4 Mds de F CFA et le siège de la Banque, qui appartenait à l'Etat, pour 3,5 Mds de F CFA. Le coût total de l'opération s'élève donc à 11,9 milliards.

La BIA Togo s'appellera désormais la BIAT et intégrera pleinement le réseau Attijariwafa bank, première banque africaine hors Afrique du Sud.

Premier groupe bancaire et financier au Maroc, Attajariwafa Bank est déjà présent dans plusieurs pays africains dont le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Sur les conseils du FMI, le Togo s’est lancé dans un programme de privatisation partielle ou totale des banques publiques. Ainsi, la Banque togolaise de développement (BTD) a été cédée à Oragroup il y a quelques mois.

Deux établissements financiers restent désormais sur le marché, l’UTB et la BTCI.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.