Naissance de la BIAT

25/09/2013
Naissance de la BIAT

Le Groupe marocain Attijariwafa Bank a officialisé mercredi la reprise de 55% du capital de la Banque internationale pour l’Afrique (BIA)-Togo 

L’annonce avait été faîte au mois de mai, mais ce rachat devait recevoir l’accord de la Commission de privatisation et l’autorisation de la Banque centrale du Maroc et de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO)

Aux termes de ce contrat Attijari a acquis 55 % des actions de la BIA Togo au prix de 8,4 Mds de F CFA et le siège de la Banque, qui appartenait à l'Etat, pour 3,5 Mds de F CFA. Le coût total de l'opération s'élève donc à 11,9 milliards.

La BIA Togo s'appellera désormais la BIAT et intégrera pleinement le réseau Attijariwafa bank, première banque africaine hors Afrique du Sud.

Premier groupe bancaire et financier au Maroc, Attajariwafa Bank est déjà présent dans plusieurs pays africains dont le Sénégal et la Côte d’Ivoire.

Sur les conseils du FMI, le Togo s’est lancé dans un programme de privatisation partielle ou totale des banques publiques. Ainsi, la Banque togolaise de développement (BTD) a été cédée à Oragroup il y a quelques mois.

Deux établissements financiers restent désormais sur le marché, l’UTB et la BTCI.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.