Ne pas tout mettre sur le dos des banques

22/09/2016
Ne pas tout mettre sur le dos des banques

Sani Yaya

Le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, a présidé jeudi la 3e session du Conseil national du crédit (CNC).

Les participants ont examiné l'évolution des indicateurs macroéconomiques et ceux du système bancaire et financier.

Le Conseil a noté une hausse de l'activité économique avec un taux de croissance attendu à 5,4% en 2016, sous l'impulsion de tous les secteurs d'activité, et ceci, dans un contexte de faible taux d’inflation et d'amélioration des indicateurs budgétaires.

Le CNC s'est félicité des efforts déployés par les banques pour rapprocher les services financiers de la population. Seul bémol, compte tenu de l'importance des besoins en financement, les établissements financiers ne sont pas assez volontaires pour accompagner le secteur privé, notamment les PME/PMI.

Cette attitude est souvent lié au fait que les banques sont débitrices.

‘Les crédits accordés ne sont souvent pas remboursés. Ce qui engendre une dégradation continue du portefeuille des banques’, a déploré Sani Yaya.

Le Bureau d'information sur le crédit devrait permettre aux banques et aux institutions de micro finance d’avoir une meilleure visibilité sur le marché du crédit.

Enfin, le CNC a noté la bonne santé de la finance décentralisée ; un instrument au service du développement.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les droits des personnes est au cœur du développement

Développement

Le gouvernement togolais travaille pour garantir un développement inclusif, équitable et durable.

Sida : appui américain

Santé

Les Etats-Unis aident le Togo et d'autres pays africains à lutter plus efficacement contre le sida. Et fournit des moyens financiers.

N'avalez pas trop vite

Santé

Le marché de la contrefaçon de médicaments ne s’est jamais aussi bien porté.

Promouvoir la disponibilité de la fibre en accès libre

Tech & Web

Au moment où les autorités togolaises mettent le paquet pour développer la fibre, des experts internationaux douchent les ambitions du pays.