Nouveau prêt de l’Exim Bank au Togo

12/01/2012
Nouveau prêt de l’Exim Bank au Togo

Le ministre de l’Economie et des Finances, Adji Otéth Ayassor,accompagné de son collègue de l’Agriculture Messan Ewovor et du chargé d’Affaires du Togo en Inde, Koffi Akakpo, a signé jeudi à New Delhi un accord de prêt avec l’Exim Bank of India.

Près de 14 millions de dollars qui serviront à améliorer la production de riz, de maïs et de sorgho. 

Fin novembre, l’Exim Bank avait déjà accordé une ligne de crédit de 15 millions de dollars pour financer un projet d’électrification rurale.

Les documents ont été paraphés en présence de T.C.A. Ranganathan, le patron de l’Exim Bank, un organisme public auquel est largement associé le secteur privé qui siège au conseil d’administration.

« Depuis l’atteinte par le Togo du point d’achèvement de l’initiative PPTE qui a permis une annulation d’une grande partie de la dette extérieure, nous  privilégions les financements concessionnels comme celui accordé aujourd’hui par l’Exim Bank », explique Adji Otéth Ayassor.

Vendredi, MM. Ayassor et Ewovor, recevront des hommes d’affaires particulièrement intéressés par trois secteurs : l’agriculture, l’énergie et les routes.

Grâce à l' accès aux lignes de crédit de l’Exim Bank of India dont bénéficie le Togo, les entrepreneurs indiens se bousculent pour proposer des projets.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.