Qui veut encore perdre des millions ?

09/09/2010
Qui veut encore perdre des millions ?

Situation inédite. La décision du gouvernement de tenter restituer aux épargnants de Redemare ce qui reste sur les comptes de ce groupement, qui s’était livré à une arnaque pyramidale, n’est pas du goût de ces derniers.
Au moins de ceux regroupés au sein d’un « Collectif de défense des membres victimes de la suspension de Rédemare »
Pour cette association, ce n’est pas à l’Etat de rembourser, mais au patron du groupement, Sama Essohamlom, incarcéré depuis plusieurs semaines à Lomé.
«Ils (l’Etat) cherchent à nous spolier et à nous déposséder de nos biens. Depuis 2 ans que Redemare est en activité, aucun membre ne s’est plaint de sa gestion et les responsables ont su bien s’occuper de notre argent sans aucune tentative de détournement », explique. Fataï (photo), le porte parole du collectif.
Pendant près de 20 ans, aucun client ne n’était plaint des investissements réalisés par Bernard Madoff jusqu’au jour où les autorités américaines ont découvert l’ampleur de la fraude ; 50 milliards de dollars.
On n’atteint pas ces montants au Togo, mais le scénario n’est pas très éloigné.
Le collectif « exige la réouverture pure et simple de Redemare et la libération de son administrateur Sama Essohamlom (…) » et assure avoir obtenu le soutien de 20.000 adhérents.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Réunion du Conseil de médiation et de sécurité à Abuja

Cédéao

Léné Dimban, l’ambassadeur du Togo auprès de la Cedeao a présidé mercredi à Abuja (Nigeria) la 28e réunion du Conseil de médiation et de sécurité.

Arnaques à la petite semaine

Faits divers

Pour fidéliser leurs abonnés, les opérateurs de téléphonie mobile (Moov et Togo Cellulaire) multiplient les opérations commerciales et autres jeux-concours. 

Les Togolais Drépano-solidaires

Santé

La drépanocytose est un vrai problème de santé publique. Près de 250.000 Togolais en sont victimes.

Protéger la culture immatérielle

Culture

Les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels ou l'artisanat doivent être protégés. C'est la mission de l'Unesco.