Qui veut encore perdre des millions ?

09/09/2010
Qui veut encore perdre des millions ?

Situation inédite. La décision du gouvernement de tenter restituer aux épargnants de Redemare ce qui reste sur les comptes de ce groupement, qui s’était livré à une arnaque pyramidale, n’est pas du goût de ces derniers.
Au moins de ceux regroupés au sein d’un « Collectif de défense des membres victimes de la suspension de Rédemare »
Pour cette association, ce n’est pas à l’Etat de rembourser, mais au patron du groupement, Sama Essohamlom, incarcéré depuis plusieurs semaines à Lomé.
«Ils (l’Etat) cherchent à nous spolier et à nous déposséder de nos biens. Depuis 2 ans que Redemare est en activité, aucun membre ne s’est plaint de sa gestion et les responsables ont su bien s’occuper de notre argent sans aucune tentative de détournement », explique. Fataï (photo), le porte parole du collectif.
Pendant près de 20 ans, aucun client ne n’était plaint des investissements réalisés par Bernard Madoff jusqu’au jour où les autorités américaines ont découvert l’ampleur de la fraude ; 50 milliards de dollars.
On n’atteint pas ces montants au Togo, mais le scénario n’est pas très éloigné.
Le collectif « exige la réouverture pure et simple de Redemare et la libération de son administrateur Sama Essohamlom (…) » et assure avoir obtenu le soutien de 20.000 adhérents.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Cina Lawson s'intéresse à la green tech

Environnement

Cina Lawson a assisté lundi à Paris au  ‘Tech for Planet’ organisé en marge du One Planet Summit.

Fermeture pour travaux

Sport

Offert par la Chine il y a 17 ans, le stade de Kégué à Lomé – le plus grand du Togo – sera entièrement réhabilité par le même pays. 

Vous écoutez Radio Cédéao

Cédéao

L'organisation régionale va se doter d'un station de radio diffusant sur toute l'Afrique de l'Ouest.

Le nouveau code pénal fait bonne impression

Justice

Le Garde des Sceaux, Pius Agbétomey, a réceptionné mardi 2000 exemplaires du nouveau code pénal, don de l'UE.