'Réformes rigoureuses'

13/09/2016
'Réformes rigoureuses'

Mongo Kpessou Aharh

Le Togo s’est engagé il y a plusieurs années déjà dans un ambitieux programme de réformes des finances publiques pour une meilleure gouvernance et davantage de transparence.

Selon les experts du ministère de l’Economie et des Finances, sur les 61 réformes prévues, 54 ont été réalisés ou sont en passe de l’être, soit un taux de réalisation de 89%.

Chiffres communiqué mardi par Mongo Kpessou Aharh, le secrétaire permanent chargé du suivi des politiques publiques et des programmes financiers à l’ouverture de la revue technique du plan d’action des réformes de la gestion des finances publiques.

S’agissant des recettes escomptées en 2016, environ 963 milliards de Fcfa, plus de 453 sont déjà rentrés dans les caisses du Trésor public à la fin du premier semestre 2016. Un montant qui permet de maîtriser les dépenses et investissements.

‘Les réformes engagées sont rigoureuses. Elle nous amènent à changer nos habitudes, notre façon de faire. Le monde évolue, le système de gestion des finances publiques aussi’, a expliqué Aharh.

La revue nationale des finances publiques qui se déroulera en fin de semaine permettra d’évaluer les performances réalisées et d’apporter, le cas échéant, des correctifs.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.