Répondre aux aspirations du continent

29/05/2014
Répondre aux aspirations du continent

Adji Otéth Ayassor

Le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Adji Otéth Ayassor, participe depuis jeudi à Maputo (Mozambique) à une conférence organisée par le Fonds monétaire international.

‘L’essor africain : construire pour le futur’, tel est le thème, rassemble des responsables nationaux ainsi que des représentants du secteur privé et de la société civile des pays d’Afrique subsaharienne et au-delà pour réfléchir aux défis auxquels est confrontée la région alors qu’elle s’efforce de consolider les progrès économiques considérables accomplis depuis la crise économique mondiale de 2008.

‘Les progrès accomplis au cours de la décennie écoulée, pendant laquelle nombre de pays d’Afrique subsaharienne ont affiché durablement des taux élevés de croissance économique et réussi à faire reculer sensiblement la pauvreté, sont tout simplement remarquables’, a déclaré Christine Lagarde, la directrice générale du FMI. ‘Cependant, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour répondre aux aspirations du continent : l’extrême pauvreté est encore trop répandue et l’économie mondiale engendre de nouveaux défis. Le moment est venu de réfléchir aux politiques qui permettront à la région d’atteindre un nouveau palier dans son développement économique’.

D’après les projections de la dernière édition du rapport sur les Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne, publiée en avril, la croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait s’accélérer et s’établir à 5,4 % environ cette année puis à 5,5 % en 2015, contre 4,9 % en 2013. Si l’on exclut l’Afrique du Sud, elle devrait atteindre 6,5 % en 2014 et 2015. 

Les prévisions de croissance pour 2014 au Togo se situent dans la bonne moyenne africaine à 5,6%. 

Cette accélération est attribuable à l’amélioration des perspectives pour un grand nombre des pays de la région, dont la plupart des pays exportateurs de pétrole et plusieurs pays à faible revenu et États fragiles. L’activité économique de la région continue de s’appuyer sur les investissements massifs dans les infrastructures et le secteur minier, ainsi que sur l’arrivée à maturité de certains investissements. Cependant, les pays africains doivent s’adapter au ralentissement de la croissance dans les pays émergents qui ont contribué à soutenir la croissance de la région ces dernières années, et au resserrement du crédit à l’échelle mondiale.

La conférence rassemble plus de 300 participants, parmi lesquels les ministres des finances et les gouverneurs de banques centrales de toute la région. Les intervenants représenteront aussi les partenaires de développement, notamment l’Australie, le Brésil et la Chine, le secteur privé et la société civile. Parmi les thèmes de discussion figurent la croissance solidaire, la transformation structurelle, la gestion des ressources naturelles et ce que le FMI peut faire pour continuer de soutenir la croissance économique des pays d’Afrique subsaharienne.

Le Togo coopère étroitement avec le Fonds dont les équipes se rendent régulièrement à Lomé. Un nouveau programme est à l’examen. M. Ayassor s’entretiendra vendredi avec Christine Lagarde.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Coopération agricole avec Israël

Cédéao

Le ministre de l’Agriculture, Ouro-Koura Agadazi, effectue depuis lundi une visite de travail en Israël.

Echange de bons procédés

Union Africaine

Les grandes manœuvres ont débuté pour l’obtention des postes de prestige à l’Union africaine.

Les inégalités entre les genres coûtent une fortune à l'Afrique

Développement

L’édition 2016 du rapport sur le développement humain en Afrique, réalisé par le PNUD, a été présentée lundi à Lomé.

L'engagement des Togolais de l'extérieur

Diaspora

Un membre de la Diaspora a annoncé son intention de créer une institution de micro finance pour venir en aide aux plus démunis.