Transformer les économies africaines avec l'aide du FMI

11/10/2015
Transformer les économies africaines avec l'aide du FMI

Christine Lagarde, Kossi Assimaïdou et Adji Otèth Ayassor

Les Assemblées d’automne du FMI et de la Banque mondiale se sont achevées dimanche à Lima (Pérou).

Dans la matinée, le ministre togolais de l’Economie, des Finances et de la Planification du Développement, Adji Otèth Ayassor, a pris part à la rencontre annuelle entre le Caucus africain et la directrice générale du Fonds, Christine Lagarde.

Ce Caucus  regroupe les gouverneurs africains du FMI et le la Banque mondiale.

C'est à ce titre que le ministre togolais a pris la parole en insistant sur la nécessité de promouvoir la transformation et la diversification des économies dans laquelle les pays africains sont engagés. Une stratégie qui s’inscrit dans un partenariat avec le FMI.

Dans ce cadre, M. Ayassor a salué la décision du Fonds d’augmenter de 50% les limites d’accès aux ressources concessionnelles tout en l’invitant à aller plus loin dans la combinaison ressources concessionnelles et non concessionnelles pour le bénéfice d’un plus grand nombre des économies du continent.

Adji Otèth Ayassor a également évoqué l’assistance à apporter par le FMI pour mobiliser davantage de ressources internes.

Adji Otèth Ayassor pendant son intervention

Cette question prend une importance de plus en plus grande face aux énormes besoins de financement pour la transformation économique.

M. Ayassor a souhaité un appui du FMI pour élargir la base taxable des ressources qui font l’objet d’évasion fiscale par certaines entreprises multinationales.

Le ministre à demandé à Christine Lagarde plus de flexibilité pour accommoder les besoins de financement et les investissements indispensables à la transformation et la diversification économiques que l’institution elle-même appelle de ses vœux.

‘Le FMI doit opter pour une nouvelle approche dans la fixation des niveaux de déficit et des plafonds d’endettement dans les programmes mis en œuvre par les Etats africains’, a déclaré Adji Otèth Ayassor.

Cette ‘nouvelle approche’ implique des besoins de financements accrus et des instruments adaptés et plus innovants pour une coopération plus effective.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Esprit de compromis

Cédéao

La Cédéao a invité les responsables politiques togolais à s'engager très rapidement dans un processus de dialogue.

Solution en vue à Bissau ?

Cédéao

Le président de la Cédéao, Faure Gnassingbé, a rencontré vendredi à Abuja son homologue de Guinée Bissau.

Innover pour une santé de meilleure qualité

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu jeudi au CHR d’Atakpamé (région des Plateaux) qui expérimente depuis plusieurs mois un processus de gestion externe.  

Les priorités de la BM pour 2018

Développement

Joëlle Dehasse, la représentante de la Banque mondiale à Lomé, a indiqué les priorités de son institution pour l’année prochaine.