'Un débat riche et sincère'

30/12/2015
'Un débat riche et sincère'

Déficit budgétaire modéré

Les députés ont adopté mercredi la loi de finances 2016 qui s’équilibre en dépenses à 1002,2 milliards de Fcfa et en recettes à 962,8 milliards avec un gap de financement de 39,4 milliards.

S’agissant des dépenses publiques, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Planification du développement, Adji Otèth Ayassor, a assuré qu’elles seraient exécutées avec la plus grande rigueur afin d’éviter les dépenses extra-budgétaires et tout dérapage qui mettrait à mal la stabilité macroéconomique du Togo.

Le gouvernement mettra tous les moyens en oeuvre pour mobiliser les ressources extraordinaires destinées à  financer le déficit budgétaire.

Au plan de la mobilisation des ressources internes, le ministre a précisé qu’elles se situeraient autour de 575 milliards grâce à la mobilisation de l’Office togolais des recettes (OTR).

La régie commune à la douane et aux impôts est parvenue à faire rentrer 500 milliards cette année.   

Pour l’essentiel, la loi de finances est centrée sur des objectifs prioritaires comme la lutte contre la pauvreté, la réduction du chômage, l’amélioration des conditions de vie des populations, la relance de l’économie par la consommation et l’investissement dans les secteurs source de croissance.

Le ministre s'est félicité du débat 'riche et sincère' qui s'est déroulé à l'Assemblée et a salué la qualité du travail accompli par les députés.

Lire l'intervention du ministre d'Etat, ministre de l'Economie, des Finances et de la Planification du développement

Je suis heureux de prendre la parole devant votre auguste Assemblée en ce moment solennel de l’adoption de la loi de finances pour la gestion 2016 que j’ai eu l’honneur de défendre, au nom du gouvernement, devant la Commission des Finances et du Développement Économique et aujourd’hui devant votre plénière.

Je voudrais avant tout propos, exprimer ma très grande satisfaction pour les résultats auxquels nous sommes parvenus à l’issue d’un débat riche et sincère, dans un timing assez serré. En effet, la richesse des  débats et la pertinence de vos observations témoignent, à quel point vos préoccupations rejoignent celles du Gouvernement en ce qui concerne la vie de la nation.

Cette satisfaction est d’autant plus grande que, malgré le retard accusé pour le dépôt du projet de loi de finances, gestion 2016, sur le bureau de l’Assemblée Nationale, vous n’avez ménagé aucun effort pour procéder à son examen détaillé et minutieux.

A cet égard, je voudrais vous adresser au nom du gouvernement mes chaleureuses félicitations pour la qualité du travail que vous avez accompli en un temps aussi court, pour parvenir à l’adoption de cette loi de finances.

Ces félicitations vont spécialement à la Commission des Finances et du Développement Économique et à tous les Députés qui ont pris part aux travaux de la Commission, pour la qualité des diverses contributions qu’ils ont apportées au projet du Gouvernement pour son adoption. Je salue par ailleurs  l’esprit de collaboration constructif qui a prévalu tout au long  des travaux en commission.

Monsieur le Président,

Honorables Députés,

Les prévisions budgétaires pour la gestion 2016 se fondent sur des prévisions basées sur un cadre macroéconomique national assez stable et qui ne cesse de se consolider. Dans le même temps, elles tiennent compte de l’environnement économique international marqué par une reprise progressive des activités dans les pays développés et par un ralentissement dans les pays émergents ainsi que dans certains pays en développement, en particulier ceux exportateurs de pétrole dont le prix ne cessent de baisser. De même, la hausse continue du cours de dollar US ne cesse de renchérir le coût de nos importations en creusant encore plus de déficit dans les balances commerciales des pays en développement, principalement importateurs de produits de première nécessité et produits finis sans oublier l’aggravation du service de la dette extérieure due à cette hausse.

Adji Otèth Ayassor

Au plan national, les avancées enregistrées dans la mise en œuvre des différentes réformes ont permis de mieux stabiliser le cadre macroéconomique et d’offrir à notre pays des conditions économiques favorables qui se traduisent par un taux de croissance en progression et estimé à 6% pour l’année 2016, une inflation maîtrisée, une gestion satisfaisante des finances publiques et une amélioration du compte extérieur.

Monsieur le Président,

Honorables Députés,

Dans un tel contexte, la vision du Chef de l’Etat traduite dans la déclaration de politique générale du Gouvernement que vous avez approuvée se concrétise par des actions visant une croissance soutenue, une meilleure inclusion sociale et la réduction de la pauvreté sans oublier les grands chantiers de réhabilitation et de renforcement des infrastructures en matière routière, aéroportuaire, maritime et énergétique se poursuivent.

La déclinaison de cette vision se traduira dans le projet de loi de finances, gestion 2016 par divers projets sociaux qui seront réalisés dans le cadre du Programme Urgent pour le Développement Communautaire et du Programme d’Appui aux Populations Vulnérables. 

Ce projet de loi de finances, gestion 2016, sera d’une manière générale axé sur la poursuite de la mise en œuvre de la « Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi (SCAPE) » déclinée en Programmes d’Actions Prioritaires (PAP). 

Ainsi, l’ensemble des mesures contenues dans le projet de loi de finances, gestion 2016, sont entre autres axées sur l’atteinte, des objectifs suivants :

- l’amélioration des recettes ;

- la lutte contre la pauvreté ;

- la réduction du chômage ;

- l’amélioration des conditions de vie des populations ;

- la relance de l’économie par la consommation et l’investissement dans les secteurs source de croissance.

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Le vote annuel de la loi de finances constitue un acte politique fondamental donnant au Gouvernement les moyens de son action.  

La loi de finances que vous venez de voter va résolument dans ce sens 

Tout comme les années précédentes, le Gouvernement s’imposera en 2016 la même rigueur et la même discipline dans l’exécution de cette loi de finances. Cette discipline sera observée dans la mobilisation des ressources et dans l’exécution des dépenses publiques. 

Concernant la mobilisation des ressources internes, estimées à  575 milliards en 2016 contre 480,4 milliards en 2015 dans le budget initial de 2015, la mise en œuvre du plan stratégique de l'Office Togolais des Recettes (OTR) qui vient de franchir les cinq cent milliards de recettes mobilisées en 2015 et l’accroissement de son efficacité promettent des lendemains encore meilleurs en matière de mobilisation des recettes.

Dans cette dynamique, les actions seront intensifiées par ailleurs pour une meilleure mobilisation des recettes extraordinaires qui atteindront 332,4 milliards en 2016, contre 295,3 milliards en 2015. Au même moment, une attention particulière sera portée sur la soutenabilité de la dette extérieure.  

S’agissant des dépenses publiques, estimées à 1002,2 milliards, elles seront exécutées avec la plus grande rigueur afin d’éviter les dépenses extrabudgétaires et tout dérapage qui mettrait à mal la stabilité macroéconomique. A cet égard, je puis vous assurer de l’engagement du Gouvernement à veiller à une utilisation rationnelle des moyens que votre auguste Assemblée vient de mettre à sa disposition. 

Enfin, je vous réitère la détermination du Gouvernement à faire tous ses meilleurs efforts pour la mobilisation des ressources extraordinaires, qui permettront de financer le déficit budgétaire des 39,4 milliards.

Monsieur le Président,

Honorables Députés,

Je voudrais terminer mon propos en réitérant les sincères remerciements du gouvernement à votre auguste Assemblée pour son sens élevé de l’intérêt national.

Je saisis également l’opportunité pour exprimer à chacun de vous et à vos familles respectives, à l’orée de la nouvelle année 2016, mes vœux les meilleurs de Santé, de Paix et de Prospérité.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.

Mariachis, tequila et internet

Tech & Web

Le Forum annuel sur la gouvernance de l’Internet s’est ouvert mardi à Guadalajara, berceau des mariachis et de la tequila.