Une manne de 350 millions de dollars qui attise les convoitises

07/09/2016
Une manne de 350 millions de dollars qui attise les convoitises

Des montants de commissions qui se chiffrent en millions de dollars

Nous évoquions hier la formidable réussite du cash to goods, mais les services de cash to cash (Western Union, Moneygram, Sigue, Ria, …) continuent à drainer l’essentiel de l’envoi de fonds de la Diaspora vers le pays d’origine.

Un marché hautement concurrentiel dans lequel Chrono Cash espère se faire une place. Lancé il y a 7 ans au Togo et dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale, le service fonctionne sur le principe de l’achat de cartes prépayées en ligne dont les montants (de 1.000 à 500.000 Fcfa) seront crédités instantanément aux bénéficiaires via un réseau de banques et commerçants partenaires.     

Chrono Cash vient d’annoncer une baisse des commissions et la signature de partenariats avec plusieurs institutions de micro-finance au Togo afin de faciliter les envois nationaux.

Elmancio Godson, le directeur général de CLK Technologies, propriétaire de Chrono Cash, affirme qu’il pratique les taux les plus bas du marché afin de servir au plus près les populations africaines.

Les transferts de fonds de la Diaspora vers le Togo ont atteint plus de 350 millions de dollars en 2015, un peu mieux que l’année précédente (348 millions).

Cette montant représente plus de 7,8% du PIB national.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les droits des personnes est au cœur du développement

Développement

Le gouvernement togolais travaille pour garantir un développement inclusif, équitable et durable.

Sida : appui américain

Santé

Les Etats-Unis aident le Togo et d'autres pays africains à lutter plus efficacement contre le sida. Et fournit des moyens financiers.

N'avalez pas trop vite

Santé

Le marché de la contrefaçon de médicaments ne s’est jamais aussi bien porté.

Promouvoir la disponibilité de la fibre en accès libre

Tech & Web

Au moment où les autorités togolaises mettent le paquet pour développer la fibre, des experts internationaux douchent les ambitions du pays.