Agitation étudiante ou manipulation politique

26/06/2011
Agitation étudiante ou manipulation politique

L’agitation que connait, à l’heure actuelle, l’Université de Lomé au Togo a des causes liées au monde de l’éducation et des causes plus politiques.

Les causes strictement universitaires sont bien connues. Certaines procèdent de vrais problèmes de société.

La croissance exponentielle du nombre des étudiants soulève des problèmes budgétaires mais amène aussi à se poser des questions de fond.  

Les formations sont-elles assez diversifiées ? Correspondent-elles aux besoins de la société ? Mais il s’agit là de thématiques à résoudre pour le pouvoir politique.

L’agitation étudiante repose, elle, sur des causes plus immédiates. La mise en œuvre, sans doute trop rapide et pas assez expliquée, du nouveau système LMD inquiète les étudiants qui n’ont pas encore  compris le système d’examens, les conditions de passage d’une année sur l’autre, les modalités d’obtention des diplômes.

Il n’en faut pas plus pour que des politiques tentent de profiter de cette inquiétude pour favoriser un mouvement d’agitation. Il faut bien le dire : il y a des vautours qui rodent autour du pouvoir politique et qui, rejetés par les électeurs espèrent rebondir à la faveur d’une agitation de rue.

Qu’ils y réfléchissent. On ne compromet pas l’avenir de toute une partie de la jeunesse au nom de l’égoïsme politique.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.