Agitation étudiante ou manipulation politique

26/06/2011
Agitation étudiante ou manipulation politique

L’agitation que connait, à l’heure actuelle, l’Université de Lomé au Togo a des causes liées au monde de l’éducation et des causes plus politiques.

Les causes strictement universitaires sont bien connues. Certaines procèdent de vrais problèmes de société.

La croissance exponentielle du nombre des étudiants soulève des problèmes budgétaires mais amène aussi à se poser des questions de fond.  

Les formations sont-elles assez diversifiées ? Correspondent-elles aux besoins de la société ? Mais il s’agit là de thématiques à résoudre pour le pouvoir politique.

L’agitation étudiante repose, elle, sur des causes plus immédiates. La mise en œuvre, sans doute trop rapide et pas assez expliquée, du nouveau système LMD inquiète les étudiants qui n’ont pas encore  compris le système d’examens, les conditions de passage d’une année sur l’autre, les modalités d’obtention des diplômes.

Il n’en faut pas plus pour que des politiques tentent de profiter de cette inquiétude pour favoriser un mouvement d’agitation. Il faut bien le dire : il y a des vautours qui rodent autour du pouvoir politique et qui, rejetés par les électeurs espèrent rebondir à la faveur d’une agitation de rue.

Qu’ils y réfléchissent. On ne compromet pas l’avenir de toute une partie de la jeunesse au nom de l’égoïsme politique.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Voir plus loin

Santé

Le service d’ophtalmologie du CHU Sylvanus Olympio de Lomé a reçu vendredi de nouveaux équipements.

L'art descend dans la rue

Culture

Les commémorations du 57e anniversaire de l’indépendance ont pris fin vendredi avec l’inauguration d’une gigantesque fresque.

Prévenir la menace terroriste

Coopération

Des experts ouest-africains viennent de se réunir à Lomé dans le cadre du projet européen sûreté de l’aviation civile en Afrique.

Océans : sécurité et développement

Union Africaine

La session ministérielle du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’Union africaine (UA) s'est déroulée mardi à Addis Abeba.