Apaiser les élections présidentielles

27/09/2016
Apaiser les élections présidentielles

Le président Ali Bongo

La récente élection présidentielle au Gabon, illustre une fois de plus les difficultés de réaliser un scrutin apaisé. L’enjeu de l‘élection est tel que la fièvre monte et produit des violences incontrôlées.

L’information est donnée par les réseaux sociaux qui sont souvent manipulés et qui diffusent  des fausses nouvelles. 

En l’espèce, l’élection s’est déroulée sous une contestation de l’identité du candidat sortant Ali Bongo. 

Celui-ci n'aurait pas été le fils de son père et ne remplirait pas la condition de nationalité d’origine exigée par la constitution. Cette imputation était le principal argument de campagne des adversaires du président sortant et elle a naturellement pesé sur la consultation. 

Ce n’est qu’après le vote que des témoignages décisifs ont permis d’établir que Ali Bongo était bien le fils de son père. 

Appartenance à un clan familial 

Ce qui est d’autant plus piquant dans l’affaire est que ceux là mêmes qui invoquaient la dissimulation de la filiation  réelle du président sortant lui reprochaient en même temps de façon contradictoire son appartenance à un clan familial.

Une élection présidentielle ne peut pas se dérouler de façon apaisée si ses protagonistes  sèment les graines de la violence et diffusent ds fausses nouvelles. Il faut donc exiger que le débat politique  se  déroule dans la sincérité et l’ouverture.

Mais l’enjeu de l'élection présidentielle est si important que la fièvre électorale est  élevée. Le vote tourne à une confrontation des groupes ethniques .et renforce  les tensions sociales.

Il convient de réfléchir à des modes de désignation des: élus plus  consensuels  et qui laissent une place à une représentation diversifiée des groupes sociaux

Il faut remplacer des élections qui hachent la Nation par des élections qui assurent une bonne représentation de la diversité de  la société

Koffi SOUZA

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.