Banalisation de la relation franco-africaine

14/02/2007
Banalisation de la relation franco-africaine

Le 24e sommet Afrique-France s'ouvre jeudi à Cannes. Le dernier avec Jacques Chirac ; le dernier peut-être. Car de nombreux dirigeants du continent se demandent à quoi sert ce rendez-vous au moment ou Paris est sévèrement concurrencé par l'Inde, la Chine ou les Etats-Unis dans ses anciennes colonies. Dans un éditorial à paraître vendredi dans l'Union publié au Togo, Koffi Souza estime que malgré tout le président Jacques Chirac « en dépit de ses maladresses et de l'incompétence de son conseiller Afrique (Michel de Bonnecorse, ndlr) constituait un recours ».

Voici l'éditorial de l'UnionAujourd'hui, se tient le dernier sommet France-Afrique en présence de Jacques Chirac. L'évènement sera ressenti à sa juste importance par les chefs d'Etat africains. Le président français était le dernier interlocuteur compréhensif des us et coutumes du continent africain.

De nombreuses forces poussent en effet à une banalisation de la relation franco-africaine. Le tête à tête franco-africain a été en effet remplacé par le multilatéralisme. Europe, FMI et Banque Mondiale ont pris la place de la France.

Le Quai d'Orsay -qui a remplacé le ministère de la coopération- ne croit guère à la spécificité de la relation entre la France et ses anciennes colonies. La France s'efface au moment où la Chine, les Etats-Unis ; l'Inde, le Brésil développent des politiques africaines conquérantes et audacieuses.

Il restait un recours : Jacques Chirac qui compensait, malgré les maladresses et l'incompétence de son conseiller Afrique, ce grand vide.

Il est normal alors que l'Afrique interpelle les Sarkozy, Royal et autres Bayrou et leur demande de lui faire une place dans leurs campagnes respectives.

Koffi Souza

© L'Union

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.

Montée en gamme de la médecine togolaise

Santé

L’un des critères retenu par les investisseurs étrangers pour s’implanter au Togo, c'est la qualité des soins.

Les Eperviers en terre égyptienne

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé mercredi, direction l’Egypte. Deux rencontres amicales sont prévues à Alexandrie les 24 et 28 mars prochains.