Crise en Côte d’Ivoire

12/12/2010
Crise en Côte d’Ivoire

A la veille des élections en Côte d'Ivoire, chacun retenait son souffle en espérant voir ce grand pays africain retrouver le calme, la sérénité et l'unité. Les espoirs auront été déçus. Le pays se retrouve aujourd'hui avec deux personnalités se proclamant chefs d'Etat et deux gouvernements. Le feu couve sous la cendre et les fiers à bras de chaque camp montrent les dents.
Cette élection présidentielle n'était pas , en effet, une élection comme les autres. Laurent Gbagbo était en effet le seul Chef d'Etat au monde investi par une résolution des Nations Unies. Son mandat avait en effet expiré depuis cinq ans et il ne devait son maintien au pouvoir qu'à des résolutions successives du Conseil de Sécurité des Nations Unies. C'est sans doute une erreur que d'avoir permis ces prolongations excessives qui ont pu donner l'illusion au camp Gbagbo d'une situation de maintien au pouvoir indéfinie.
Il faut à présent réparer les pots cassés et amener chacun à respecter les résultats des élections. Pour cela, l'ONU qui a organisé le scrutin doit soumettre ses chiffres à une expertise transparente et contradictoire.
Il faudra ensuite apaiser le perdant en lui garantissant une après présidence paisible et inciter le gagnant à la tolérance pour que l'unité déchirée de la Côte d'Ivoire cède la place à une texture unitaire.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Médecine chinoise pour combattre le paludisme

Santé

Près de 200.000 injections d’artéméther ont été offertes vendredi au ministère de la Santé par les autorités chinoises.

Avant-première au 2 février

Culture

L’acteur américain d’origine béninoise, Djimon Hounsou, présentera son nouveau documentaire consacré au vaudou le 10 décembre à Lomé.

La Chambre consulaire régionale va déménager

Uemoa

La Chambre consulaire régionale de l’UEMOA aura dans 30 mois un nouveau siège à Lomé.

La Chine va moderniser la télévision publique

Coopération

La Chine va financer pour 3,5 milliards de Fcfa la modernisation de la télévision publique (TVT) et dans une moindre mesure celle de Radio Lomé.