Des femmes émancipées pour le développement de l’Afrique

01/06/2015
Des femmes émancipées pour le développement de l’Afrique

L’éducation doit jouer un rôle primordial

La Banque Africaine de Développement (BAD) a créé un indice de l'égalité entre les genres en Afrique. Il s’agit d’un outil comparant les différences de traitement entre hommes et femmes dans 52 des 54 pays du continent. Il sert à mesurer les disparités, mais également à promouvoir le développement. En tête du classement, on retrouve l'Afrique du Sud, le Rwanda ou encore la Namibie. En queue de peloton, des pays comme la Somalie, le Mali, la Guinée, la Mauritanie, le Niger, le Tchad et la Côte d'Ivoire ferment la marche.

Une série d'obstacles  freinent, les femmes. 

Elles représentent 75% de la main d'oeuvre agricole et produisent la majorité des denrées. Mais la ségrégation du marché du travail africain fait qu'elles occupent souvent des activités peu rémunérées du secteur informel. En Côte d'Ivoire, par exemple, elles possèdent 62% des entreprises. Il s’agit  de structures de très petite taille et au rendement minime.

Les femmes ont moins accès à la terre à cause de régimes fonciers défavorables comme au Mali, où seuls 5% des propriétaires terriens sont des femmes. Les banques leur refusent souvent des crédits du fait de préjugés culturels ou d'obstacles juridiques, ce qui empêchent leurs entreprises de grandir.

Les chemins vers l'égalité

Cantonnées dans les travaux domestiques, Elles consacrent du temps au ramassage du bois, au puisage de l'eau. 15 à 17 heures par jour dans les zones rurales sénégalaises, selon la BAD. Au final, leur charge est alourdie et les empêche d'être autonomes. Ainsi la législation place les femmes dans des conditions de dépendance Dans 35 pays, la loi les oblige à obéir à leurs maris.

La BAD propose ainsi un plan d'action visant à améliorer l'accès des femmes aux ressources foncières, financières, aux infrastructures, à l'éducation, à la santé. Cette  égalité homme-femme stimulerait considérablement le potentiel de toute l'Afrique.

L’éducation doit jouer à cet égard un rôle primordial. De nombreux pays africains sont parvenus à éliminer les disparités entre les genres dans l’enseignement primaire, même s’il leur reste encore du chemin à parcourir au niveau de l’enseignement secondaire et professionnel. Dans l'ensemble, le ratio filles-garçons dans l’enseignement primaire et secondaire est passé de 87% en 2005 à 91% en 2012.

Le chemin vers l’égalité complète est encore long Mais la volonté politique d’éradiquer les discriminations entre hommes et femmes se renforce chaque jour.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Togolais veulent encore plus de débit

Tech & Web

L’édition 2016 du Forum national sur la Gouvernance de l’Internet (FGI) au Togo se déroule depuis mercredi à Lomé.

L’urgence n’attend pas

Développement

22 localités vont bénéficier d'équipements publics grâce au financement assuré par le Programme d’urgence de développement communautaire.

L'Allemagne appuie le système de santé

Santé

L'Allemagne va aider le Togo à améliorer sa stratégie de planification familiale et de promotion des droits sexuels et reproductifs.

Méningite : il n’y a pas de fatalité

Santé

La 13e  réunion annuelle sur la surveillance, la préparation et la réponse aux épidémies de méningite en Afrique s’est ouverte lundi à Lomé.