Deux tours ou rien

30/11/2009
Deux tours ou rien

Le petit nombre de participants à la manifestation organisée par l'UFC  pour le rétablissement du scrutin à deux tours s'explique par l'incompréhension par l'opinion publique de cette exigence. Deux tours ne sont pas plus démocratiques qu'un seul tour. Incapables de s'entendre sur un candidat unique, les opposants ont besoin de deux tours pour se mettre d'accord.

Il est significatif qu'au moment où le syndicat des retraités de la politique défilait  tristement dans la ville le stade de  Kegue voyait des milliers de jeunes applaudir Faure.Que l'opposition demande le changement du mode de scrutin c'est son droit même s'il est irréaliste que l'on puisse modifier la constitution à quelques semaines de l'élection.

En revanche les menaces de Jean-Pierre Fabre sont intolérables. Il a en effet déclaré que » «il n'y aura pas de présidentielle au Togo sans un scrutin à deux tours».

Ce propos est clair. Cela signifie que l'UFC entend empêcher la tenue de l'élection si la constitution n'est pas révisée. Cet appel à la violence est grave et il doit être dénoncé sans complaisance aucune.

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.