Enchères électorales

08/10/2007
Enchères électorales

Chacun reconnaît que la préparation des élections au Togo se fait dans d'excellentes conditions et que la campagne électorale se déroule dans le calme et même la bonne humeur. Chacun sait cependant que l'insatisfaction est humaine et que plus on se lance à la recherche de la perfection,  plus les exigences augmentent.

C'est dans ce cadre que se situe l'ultime problème. Des partis politiques membres de la CENI, dont l'Union des Forces de Changement (UFC) souhaitent que les bulletins de vote soient authentifiés par la signature, au verso, de deux membres des bureaux de vote, avant que les électeurs n'entrent dans l'isoloir, ce à quoi s'opposent d'autres mouvements, parmi lesquels, le Rassemblement du peuple togolais  

Pour régler ce problème, il suffit de se référer au code électoral qui ne prévoit aucune signature de ce type. Dés lors, l'addition de ces signatures risquerait de mettre en cause la légalité de tout le scrutin. Il est donc peu probable que cette revendication soit satisfaite. Ceux là même qui la proposent savent sans doute que cette exigence est irréaliste mais plus on va se rapprocher du verdict des urnes et plus chacun va chercher à découvrir les raisons de son insuccès.

 

C'est la loi  du genre : maudire les organisateurs plutôt que les électeurs.

 

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.