Grandes villes, les pires et les meilleures

13/12/2012
Grandes villes, les pires et les meilleures

La société de consultant américaine Mercer vient d’établir un classement des villes les plus agréables à vivre et des Cités repoussoirs.

Au premier rang de ces dernières, on trouve Port au Prince en Haïti ravagée par la misère, les tremblements de terre et les inondations et dont les infrastructures sont pitoyables avec un déficit d’énergie, d’eau et de moyens de transport. Bagdad la suit avec la persistance de la violence : pas moins de 2000 personnes en ont été les victimes dans l’année.

Vienne est en revanche la Cité qui offre la meilleure qualité de vie tandis que Singapour dispose des meilleures infrastructures. On remarquera que les villes de l’Europe du nord sont les mieux classées. Les villes suisses et allemandes sont distinguées tandis que les grandes cités américaines ou françaises ne sont ni au palmarès ni au tableau d’horreur.

Plusieurs villes africaines pâtissent de leurs infrastructures défaillantes et offrent de mauvaises conditions de vie à leur population.

Cependant ce classement soulève une objection fondamentale. Il repose sur le mode de vie occidental et n’évalue pas le bonheur que les citoyens retirent de leur vie dans la Cité.

A cet égard, le sourire des citadins africains en dit plus sur leur joie de vivre que les mines renfrognées des habitants des villes distinguées par Mercer.

Koffi SOUZA

En photo : la ville de Johannesburg ; au premier plan le pont Nelson Mandela

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Evala : clap de fin

Culture

Les luttes traditionnelles en pas Kabyè sont presque terminées. Faure Gnassingbé a assisté samedi aux ultimes rencontres.

Vous développez un projet structurant ?

Coopération

Des représentants togolais participeront du 17 au 19 septembre à Genève à la 2e conférence internationale des jeunes francophones (CJF).

26 pays représentés au prochain sommet de Lomé

Cédéao

La Cedeao et la Ceeac tiendront sommet le 30 juillet à Lomé pour discuter terrorisme et lutte contre la radicalisation. 

C'est bien, mais peut mieux faire

Uemoa

Les Etats membres de l’UEMOA doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales.