Hospitalité oui, compromission, non

22/02/2007
Hospitalité oui, compromission, non

Le Togo est un pays ouvert. De nombreux étrangers y sont accueillis avec sympathie et respect et bénéficient, comme les Togolais, de toutes les protections de l'Etat de droit. Cette hospitalité est une tradition nationale et notre pays n'entend pas s'en départir. Mais, il ne faut pas confondre ouverture et faiblesse. La loi togolaise s'impose à tous et les étrangers y sont soumis comme tous les citoyens.

Le Togo ne peut en aucun cas servir de havre à la criminalité organisée ou à la délinquance. Il ne peut tolérer des comportements déviants ou frauduleux Il ne peut accepter des étrangers sans titres de séjour ou permis d'exercer une activité industrielle ou commerciale. Il ne peut davantage admettre que des étrangers se placent en marge de la loi fiscale et développent des comportements frauduleux pour échapper à l'impôt. La loi sera appliquée avec rigueur à tous et rien ne fera reculer le pouvoir dans cette volonté de soumettre tous et chacun à l'Etat de droit.

De même qu'il ne faut pas assimiler vitesse et précipitation, il ne faut pas confondre hospitalité et compromission.

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Indice harmonisé des prix à la consommation : un casse-tête

Cédéao

La Cédéao vient d’achever à Lomé une réunion consacrée à l'état d'avancement des outils du traitement de l'indice harmonisé des prix à la consommation (IHPC) des pays membres.

La Chambre des notaires prend acte

Justice

Cinq nouveaux notaires ont prêté serment jeudi devant la Cour d’appel de Lomé. La profession est en pleine mutation. 

Un nouveau contrat de management pour le 2 février ?

Tourisme

Le journal Focus Infos annonce la signature d’un contrat de management entre Emaar  Hospitality Group et la société Kaylan qui exploite l’hôtel du 2 février.

Levée d'écrou

Social

Trois enseignants condamnés en début de semaine à Kara pour tentative d'enlèvement dans une gendarmerie ont été libérés.