Intensité

04/09/2008
Intensité

La visite cette semaine à Lomé du secrétaire d'Etat français à la coopération se situe dans un contexte particulier. Le Togo doit en effet faire face à des chocs qui pèsent fortement sur la politique de redressement qui a été engagée. Selon le FMI, il s'agit en effet d'un des cinq pays au monde les plus affectés par la hausse des prix des prix alimentaires et pétroliers. Par ailleurs, les violentes inondations survenues fin juillet ont occasionné d'importants dégâts qui ont détérioré les perspectives économiques.

Dans ce contexte, le ministre  a, au nom de la France, doublé le montant de l'aide au Togo et annoncé d'importantes remises de dette. Mais, cette visite a un sens essentiellement politique. La France se réjouit de l'évolution démocratique du Togo et elle veut tout faire pour que ces avancées ne soient pas compromises par l'assombrissement du climat économique. Chacun se rend en effet bien compte de la fragilité de la situation présente.

Le soutien de la France au Togo s'exprime, pour la première fois depuis la transition, avec cette intensité. Sans doute parce que les responsables français, échaudés par les crises que traversent les Etats africains, ont enfin compris que la politique et l'économie doivent avancer d'un même pas.

Koffi Souza    

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les Eperviers sont motivés à bloc

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé vendredi matin pour Libreville Ils affronteront le 16 janvier la Côte d’Ivoire dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).

Quatre malfaiteurs abattus par la police

Faits divers

Le groupe d’intervention rapide de la police a neutralisé jeudi un groupe de de braqueurs munis de fusils d’assaut de type AK47.

Démarche transparente

Sport

Pour connaître en direct la somme récoltée en faveur des Eperviers, le comité de mobilisation vient de lancer un site.

‘Notre rôle est de prévoir l’imprévisible’

Sport

Une large souscription publique a été lancée pour financer le parcours des Eperviers à la prochaine CAN. Certains protestent déjà.