Intensité

04/09/2008
Intensité

La visite cette semaine à Lomé du secrétaire d'Etat français à la coopération se situe dans un contexte particulier. Le Togo doit en effet faire face à des chocs qui pèsent fortement sur la politique de redressement qui a été engagée. Selon le FMI, il s'agit en effet d'un des cinq pays au monde les plus affectés par la hausse des prix des prix alimentaires et pétroliers. Par ailleurs, les violentes inondations survenues fin juillet ont occasionné d'importants dégâts qui ont détérioré les perspectives économiques.

Dans ce contexte, le ministre  a, au nom de la France, doublé le montant de l'aide au Togo et annoncé d'importantes remises de dette. Mais, cette visite a un sens essentiellement politique. La France se réjouit de l'évolution démocratique du Togo et elle veut tout faire pour que ces avancées ne soient pas compromises par l'assombrissement du climat économique. Chacun se rend en effet bien compte de la fragilité de la situation présente.

Le soutien de la France au Togo s'exprime, pour la première fois depuis la transition, avec cette intensité. Sans doute parce que les responsables français, échaudés par les crises que traversent les Etats africains, ont enfin compris que la politique et l'économie doivent avancer d'un même pas.

Koffi Souza    

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.