Journalistes en danger ?

08/08/2011
Journalistes en danger ?

La presse remplit une fonction essentielle dans un système démocratique. Ceux qui exercent l’honorable profession de journalistes doivent donc être protégés pour remplir librement leur mission.

Lorsque des menaces d’atteinte à cette liberté sérieuses et crédibles existent, la seule voie utilisable est celle de la justice.

Un journaliste qui serait menacé peut porter plainte. 

Le parquet peut également de sa propre initiative ouvrir une information sur les faits délictueux dont il aurait connaissance.

C’est une autre démarche qu’ont tenté certains journalistes au Togo en constituant un mouvement « SOS Journaliste en danger »,  et en organisant une marche.

On n’est pas sur que cette stratégie permette une bonne défense de la liberté de la presse .

Tout d’abord parce qu‘il n’existe pour l’instant aucune preuve des pressions que subiraient certains journalistes. 

D’autre part cette démarche politique donne l’impression de couvrir certains abus ; diffamations gratuites, articles de complaisance payés aux journaux.

La liberté de la presse doit être défendue sur tous les fronts.

Elle doit être protégée contre d’éventuelles interférences du pouvoir.

Elle doit reposer sur un strict respect de la déontologie du journalisme.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PUDC : les clés du succès

Développement

Le rôle des leaders communautaires et de quartiers est primordial pour un succès du Programme d’urgence de développement communautaire.

L’Etat n’a pas les moyens de répondre à toutes les doléances

Social

Le malaise au sein du ministère de la Fonction publique est réel et des problèmes se posent concernant les conditions de travail.

Forêts : le Togo opte pour la convergence

Environnement

Le Togo adhère pleinement au plan de convergence pour la gestion et l’utilisation durables des écosystèmes forestières dans l'espace Cédéao.

Accompagner la décentralisation

Coopération

L’Union européenne et l’Allemagne vont financer pour 19 millions d’euros un programme de décentralisation et de gouvernance locale.