L’Afrique à Paris

15/07/2010
L’Afrique à Paris

En recevant ces 13 et 14 juillet les Chefs d’Etat de douze pays africains dont le président togolais Faure Gnassingbé accueilli chaleureusement par Nicolas Sarkozy qui lui a témoigné toute sa confiance le Président français affrontait un défi périlleux.
Si la France se tient à distance de l’Afrique, on lui reproche d’être prisonnière d’un nouvel égoïsme. Si elle s’en rapproche trop, on lui fait grief de vouloir ressusciter la Françafrique.
L’invitation des troupes africaines au défilé du 14 juillet a suscité elle aussi des débats passionnés, les critiques reprochant les interventions passées des troupes françaises au soutien des régimes africains.
LES PROPOS DE DEJEUNER DU PRESIDENT SARKOZY
L’allocution prononcée par Nicolas Sarkozy à l’occasion du déjeuner offert aux chefs d’Etat africains invités d’honneur du 14 juillet représente une utile clarification.
Pour Nicolas Sarkozy, la France n’a pas de nostalgie coloniale.
La notion de « pré carré » a vécu. La France ne prétend plus être un partenaire exclusif, ni même, dans certains domaines, un partenaire principal des pays africains. La France prend acte que les pays se sont ouverts à de nouveaux horizons. ‘’C’est une bonne nouvelle que tant de gens s’intéressent à l’Afrique. ‘’-

L’Afrique a acquis depuis deux décennies un poids nouveau. ‘’Vous êtes plus unis, la vigueur de votre démographie, vos richesses naturelles, vos perspectives de croissance : l’Afrique est un acteur majeur du monde d’aujourd’hui.’’

Mais, l’émancipation de l’Afrique n’exclut pas que la France maintienne des relations spéciales avec les pays africains. Le passé commun a créé entre les peuples ‘’des liens que rien ne saurait dissoudre. Assumons cette part de France qui subsiste, ne serait-ce qu'à travers notre langue commune, en chaque citoyen’’.
Et assumons cette part d'Afrique qui vit dans le cœur de très nombreux Français et qu'incarnent, en France, tous nos compatriotes d'origine africaine, auxquels je veux aujourd'hui rendre un hommage particulier.Ces propos ont été très bien accueillis par les Chefs d’Etat africains qui estiment qu’après cinquante ans d’indépendance leurs pays sont émancipés de la tutelle coloniale mais que cette émancipation n’exclut pas l’amitié et la coopération,
LE DEFILE DU 14 JUILLET AUX COULEURS AFRICAINES
Cinquante ans après les indépendances, les troupes des treize anciennes colonies françaises de l'Afrique sub-saharienne ont ouvert le traditionnel défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées.
Cet honneur est le témoignage de reconnaissance de la France à l’égard des frères d’armes africains qui ont versé leur sang pour la France. Anciens combattants africains qui auront du attendre ce 14 juillet 2010 pour voir leurs pensions alignées sur celles de leurs homologues français.
Par détachement d'une trentaine d'hommes, les treize nationsafricaines ont défilé dans un ordre impeccable. Une image spectaculaire a clôt ce défilé. Huit parachutistes se sont posés devant la tribune d'honneur, place de la Concorde, porteur des couleurs françaises et européennes et des drapeaux des quatorze nations invitées, dont celui de la Côte d'Ivoire-bien que Laurent Gbagbo ait décliné l’invitation.
Mais, au delà du symbolique, c’est une nouvelle étape qui s’ouvre dans la coopération militaire. De nouveaux accords de défense sont signés entre la France et les pays africains. Le temps des clauses secrètes et du soutien aux régimes est fini .Celui d’une coopération rénovée s’ouvre. Nicolas Sarkozy a confirmé que la France aiderait les pays qui voient leur sécurité et leur stabilité menacées par le terrorisme, les trafics en tout genre et la piraterie. Les engagements pris au nom de la France à Nice en matière de coopération militaire -300 millions d'euros sur les trois prochaines années, 12 000 militaires africains formés au maintien de la paix bénéfici eront pleinement aux armées africaines.
Il reste à présent à traduire dans la réalité toutes ses bonnes intentions pour que l’amitié se renforce et perdure au delà d’un défilé.
Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Tchanilé Banna radié à vie

Sport

L’ancien entraîneur des Eperviers, Tchanilé Banna, organisateur d’un match bidon au Bahreïn en septembre 2010, a été radié à vie par la FIFA.

Un univers musical sans frontières

Culture

Le franco-togolais Jer Ndoti donnera un concert vendredi à l'Institut Français du Togo. Un voyage dans l'univers du jazz et des musiques afri-cubaines.

Le Fonds PISCCA finance 9 projets

Coopération

Plusieurs initiatives locales contribuant à renforcer la société civile et à promouvoir les droits sociaux et économiques viennent de recevoir un coup de pouce.

Mariachis, tequila et internet

Tech & Web

Le Forum annuel sur la gouvernance de l’Internet s’est ouvert mardi à Guadalajara, berceau des mariachis et de la tequila.