L’Afrique et les énergies renouvelables

10/10/2015
L’Afrique et les énergies renouvelables

La transition vers une économie verte est un objectif stratégique

D’après  un rapport Remap 2030, de l’Agence internationale de l’énergie renouvelable, l’Afrique satisfera d’ici 2030 22% de son besoin énergétique grâce aux énergies renouvelables. Cette proportion pourrait être portée à 50% si les recommandations du rapport sont mises en œuvre.

Pour ce faire, il  conviendra d’attirer les investissements dans le secteur. Le continent aura en effet besoin d’une injection annuelle de 70 milliards entre 2015 et 2030 pour la réalisation de ce scénario dont 25 milliards de dollars qui seront alloués aux réseaux de transmission et de distribution de l’énergie.

Les transformations projetées passeront par l’installation de 100 Gw d’éolien, de 100 Gw d’hydroélectricité et de 70 Gw de solaire sur l’ensemble du continent. La biomasse jouera également un rôle déterminant, notamment pour la cuisson des aliments. Pour atteindre cet objectif l’Afrique devra réduire l’utilisation des combustibles traditionnels de 60% réalisant ainsi   une économie de 20 à 30 milliards de dollars en termes de dépenses sanitaires engendrées par leur utilisation.

Ce scénario représenterait une augmentation de 400% de la proportion des énergies renouvelables dans le mix énergétique par rapport aux niveaux enregistrés, en 2013, où ce type d’énergie ne constituait que 5% de la production. La capacité de production énergétique connaîtrait également une augmentation de 17% par rapport à la même période.

La transition vers une économie verte est un objectif stratégique pour un développement durable en Afrique du Nord et en particulier au Maroc.

Le Maroc s’oriente vers la promotion de l’économie verte par l’adoption d’une Charte nationale de l’environnement et du développement durable, adoptée en 2012, ainsi qu’une loi-cadre 99-12 portant Charte de l’environnement et du développement durable en 2014.

Ce programme a pour objectif la production de 6.000 MW (solaire, éolien et hydroélectricité) pour atteindre 42% du mix énergétique en 2020, l’investissement de plus de 100 milliards de dirhams (solaire et éolien) et 9,5 millions de T CO2/an d’émissions évitées.

Demain, l’énergie solaire sera l’or de l’Afrique.

 

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une politique qui coule de source

Développement

Une eau de bonne qualité est essentielle au développement économique et humain. Les autorités s'emploient à la fournir. Le taux de couverture est en hausse.

La Banque mondiale met le paquet

Développement

La Banque Mondiale (BM) vient d’approuver de nouveaux financements en faveur du Togo. Et pas des moindres puisqu’il s’agit de 44 millions de dollars.

Montée en gamme de la médecine togolaise

Santé

L’un des critères retenu par les investisseurs étrangers pour s’implanter au Togo, c'est la qualité des soins.

Les Eperviers en terre égyptienne

Sport

Les Eperviers ont quitté Lomé mercredi, direction l’Egypte. Deux rencontres amicales sont prévues à Alexandrie les 24 et 28 mars prochains.