L'Afrique francophone et la présidentielle française

25/01/2007
L'Afrique francophone et la présidentielle française

Les sentiments que l'Afrique francophone exprime à l'occasion de la présidentielle française sont mêlés.

L'impression dominante est l'indifférence. Les foules africaines et leurs élus n'imaginent plus que leur sort dépende du vote des électeurs français. On peut y voir une conséquence du déclin français. Il s'agit aussi, plus sûrement, de conséquences de l'intégration européenne qui donne plus de « lisibilité » à l'action du Commissaire européen au développement qu'à celle du Président français.Le second constat est la neutralité. Voilà quelques années, le choix français en faveur de la droite ou  de la gauche mobilisait les cadres dans des sens opposés. Le « syndicat » des chefs d'Etat était favorable au maintien de la droite au pouvoir en France tandis que les opposants misaient sur un succès de la gauche.

Cette attitude n'a plus cours. Chacun s'ingénie à trouver dans chaque camp ses propres pions. Il est vrai qu'il n'existe plus de fracture véritable entre la droite et la gauche sur le dossier africain.

Chacun adhère au dogme de la démocratie et de l'Etat de droit, tout au moins dans les principes.

Reste alors un sentiment de fraternité : l'élection présidentielle et ses péripéties sont vécues comme la chronique d'une famille alliée dont les nouvelles apportées par les  cartes postales périodiques nourrissent les conversations.

En une décennie, la France est passée du temps de l'influence à celui du verbe.

Koffi Souza

© L'Union

Editorial à paraître le 26 janvier 2007 dans l'Union

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.