L’ouragan et les candidats américains

01/11/2012
L’ouragan et les candidats américains

Il existe dans toute société une compétition idéologique entre la sécurité et la liberté.

Les libéraux préfèrent l’intervention étatique la plus faible possible. Ils font confiance aux individus et à leur esprit d’entreprise. Ils souhaitent l’intervention étatique la plus légère possible et la pression fiscale minimale.

Les interventionnistes sociaux souhaitent protéger les faibles plutôt que les forts. Ils investissent l’Etat d’une fonction de redistribution qui fait monter la dépense publique et les impositions.

Tous les Etats cherchent un équilibre entre la socialisation et l’individualisme.

Le débat présidentiel américain n’échappe pas à la règle. Barak Obama défend l’intervention étatique tandis que Mitt Romney (photo) incarne le libéralisme le plus accentué.

Mais voici que le cyclone Sandy se mêle de la partie. Ses  dévastations exigent une intervention étatique élargie de la Fédération qui est nécessaire en période de crise. Le candidat républicain est lui comme pris en défaut par ce désastre climatique. Les victimes ont besoin d’aide et de protection et non d‘indifférence étatique et de charité individuelle.

Il est dés lors légitime de s’interroger : l’ouragan n’est-il pas venu donner un coup de pouce au candidat démocrate ?

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.