L’ouragan et les candidats américains

01/11/2012
L’ouragan et les candidats américains

Il existe dans toute société une compétition idéologique entre la sécurité et la liberté.

Les libéraux préfèrent l’intervention étatique la plus faible possible. Ils font confiance aux individus et à leur esprit d’entreprise. Ils souhaitent l’intervention étatique la plus légère possible et la pression fiscale minimale.

Les interventionnistes sociaux souhaitent protéger les faibles plutôt que les forts. Ils investissent l’Etat d’une fonction de redistribution qui fait monter la dépense publique et les impositions.

Tous les Etats cherchent un équilibre entre la socialisation et l’individualisme.

Le débat présidentiel américain n’échappe pas à la règle. Barak Obama défend l’intervention étatique tandis que Mitt Romney (photo) incarne le libéralisme le plus accentué.

Mais voici que le cyclone Sandy se mêle de la partie. Ses  dévastations exigent une intervention étatique élargie de la Fédération qui est nécessaire en période de crise. Le candidat républicain est lui comme pris en défaut par ce désastre climatique. Les victimes ont besoin d’aide et de protection et non d‘indifférence étatique et de charité individuelle.

Il est dés lors légitime de s’interroger : l’ouragan n’est-il pas venu donner un coup de pouce au candidat démocrate ?

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Sortir de la pauvreté, c'est possible

Développement

Le président Faure Gnassingbé a lancé jeudi à le projet de développement rural de la plaine de  (PDRD).

As Togo-Port rencontrera un club soudanais le 10 mars

Sport

As Togo-Port rencontrera le 10 mars prochain à Lomé Al Hilal FC du Soudan à l’occasion des 16e de finale de la Ligue africaine des champions de la CAF.

Les notaires togolais vont passer à l'Acte authentique électronique

Justice

Le nouveau président de la Chambre des notaires, Me David Koffi Tsolenyanu, a pris ses fonctions jeudi.

Guinée Bissau : non aux sanctions !

Cédéao

Les 19 personnalités bissau-guinéennes, récemment sanctionnées par la Cédéao pour non respect de l’Accord de Conakry, constestent cette décision.