La bonne méthode de la Cédéao

21/05/2012
La bonne méthode de la Cédéao

Il y a quelque chose d’immoral dans le compromis de la Cédéao pour  permettre de résoudre la crise malienne. L’auteur du putsch le capitaine Amadou Haya Sang se voit reconnaitre le statut d’ancien chef de l’Etat et bénéficie d’une immunité.

Les bonnes âmes s’en émouvront peut-être. Mais, après une longue négociation, la Cédéao a trouvé que c’était la contrepartie à accorder pour faciliter de façon pacifique le retour au pouvoir civil.

Aux termes de l’agrément, signé par les putschistes, les autorités intérimaires du pays et la CEDEAO, les militaires acceptent de rendre  le pouvoir aux civils . Une période de transition fixée à douze mois permettra d’organiser des élections.

Ce compromis, s’il est appliqué de bonne foi, peut permettre la  réintégration du Mali dans la légalité constitutionnelle.

Il vaut mieux, parfois, accepter une solution pacifique imparfaite plutôt que de rechercher la satisfaction d’un idéal par la force.

Et si on avait appliqué cette méthode en Libye, comme le préconisait l’Union africaine, on n’en serait pas là au Mali car l’actuel compromis laisse de côté le problème crucial de la rébellion des provinces du  Nord.

Koffi Souza

En photo : Kadré Désiré Ouedraogo, le président de la Commission de la Cédéao

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

En 2030, on y verra beaucoup plus clair

Développement

Le Togo a annoncé en juin dernier vouloir se doter d’une stratégie d’électrification ambitieuse.

Le paiement mobile représente un axe de croissance

Tech & Web

La banque mobile et les applications de paiement ont fait une timide apparition au Togo ces dernières années. Mais tout devrait s'accélérer. 

La directrice des Peace Corps reçoit Frédéric Hegbe

Coopération

L’ambassadeur du Togo aux Etats-Unis, Frédéric Edem Hegbe, s’est entretenu mercredi avec la directrice nationale des Peace Corps, Joséphine K. Olsen.

Le gouvernement poursuit son programme de forages

Développement

12% de la population n’a toujours pas accès à l’eau potable. Un chiffre divisé par deux en dix ans.