La crise mondiale et l’Afrique

11/08/2011
La crise mondiale et l’Afrique

Trois ans après la crise de 2008, l’économie mondiale est de nouveau malade. Les États-Unis croulent sous le poids de la dette tandis que la zone euro affiche sa vulnérabilité. Après la Grèce, l’Italie, l’Irlande, l’Espagne et le Portugal sont dans la zone rouge.

L’Afrique subsaharienne ne va pas tarder à subir les conséquences de cette situation. Les pays européens touchés par la crise vont réduire leurs importations, leur inflation qui se développe va renchérir les importations pour les pays africains. 

Dés lors le problème de la parité du CFA risque à nouveau de se poser. Selon un article du Washington Post, la principale menace qui pèse sur cette zone est la dévaluation du franc CFA. « La principale menace est une dévaluation du franc CFA, car les économies de la zone sont exposées au renchérissement de leurs produits, alors que la poussée inflationniste dans la zone euro rend plus chers leurs importations », explique l’article du journal  américain.

On peut cependant  penser que la crise européenne poussera ces pays à se tourner de plus en plus vers la Chine, le Brésil ou l’Inde pour financer leurs investissements  et les réaliser.

Donald Kaberuka le président de la Banque africaine de développement est néanmoins optimiste sur l’avenir de l'Afrique face à ce contexte de dégradation de la situation économique mondiale. Dans une interview accordée à l'AFP, M. Kaberuka explique que l'Afrique a des potentialités importantes à valoriser en plus des matières premières, secteur traditionnel de l’investissement international : « 40% des Africains vivent en zones urbaines. Cela signifie qu'ils ont besoin de logements, d'infrastructures. Ils utilisent du dentifrice, des réfrigérateurs, des appareils ménagers », explique-t-il. « On a le choix entre les fabriquer en Afrique ou les importer. Dans les deux cas, cela crée de l'activité ».

La crise peut en tout cas être une occasion pour l’Afrique d’attirer les investisseurs inquiets enquête d’un continent qui offre encore des perspectives de développement incomparables.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Pas suffisant pour être qualifié

Sport

Malgré sa victoire dimanche à Lomé face au Gabon (2-1), le Togo dit adieu au second tour des éliminatoires de la coupe d’Afrique des Nations des moins de 20 ans.

L'ambassadeur américain n'hésite pas à donner de sa personne

Environnement

L’ambassadeur du Togo à Lomé, David Gilmour, est un homme de terrain. Il l’a prouvé samedi en participant à l’opération ‘plage propre’.

L'UL n'est pas Harvard, mais ...

Tech & Web

En 2004, Mark Zuckerberg étudiant à Harvard, crée The Facebook, un réseau social inter-universités.  En 2018, l'UL lance Rescoul.

Le Togo devance les attentes de la Banque mondiale

Développement

La Banque mondiale préconise le recours aux solutions innovantes pour accélérer l'électrification en Afrique.