La nouvelle rumeur de Lomé

29/03/2011
La nouvelle rumeur de Lomé

A Lomé, comme dans d’autres villes de l’intérieur, de très importants travaux d’urbanisation sont en cours : réfection des routes, assainissement des canaux, protection contre  les inondations.
La Ville de Lomé est ainsi un gigantesque chantier. Même s’ils pestent contre les problèmes temporaires que ces travaux occasionnent, les Loméens n’en sont pas moins fiers de voir leur ville s’embellir et se « civiliser ».Ils craignent secrètement que l’arrivée de la saison des pluies ne compromette la bonne poursuite des travaux.
C’est sans doute cette crainte qui est à l’origine de la nouvelle rumeur de Lomé à laquelle de nombreux citoyens croient dur comme fer. Les entrepreneurs de travaux publics auraient trouvé un moyen pour s’entendre avec le ciel et faire en sorte que les pluies soient retardées ! Ils auraient réussi à emprisonner la pluie ou comme le dit la rumeur à «  l’attacher ».
Aucun argument rationnel ne peut convaincre les adeptes de cette rumeur.
Il faudra sans doute attendre que les larmes du ciel recommencent à couler pour que la rumeur s’éteigne.
A moins que l’arrivée des pluies ne donne naissance à une nouvelle croyance : les travaux ont dérangé les esprits malins qui ont rompu le pacte conclu avec ces «diables » que sont les entrepreneurs de travaux publics.
Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Hanoukopé aura sa Bluezone

Tech & Web

Une seconde BlueZone, après celle de Cacaveli, verra prochainement le jour à Hanoukopé, un quartier de Lomé.

Grenade lacrymogène tirée par accident à Lomé

Faits divers

Un commissaire et un fonctionnaire de police ont été sanctionnés après un incident survenu mercredi dans la capitale.

Adebayor est bien dans ses baskets

Sport

Adebayor semble très heureux dans son nouveau britannique. C’est ce qu’il a confié mercredi au Sun. 

Les crocodiles disent merci à la Banque mondiale

Environnement

La retenue d’eau de Boadé (Nord-Togo) est menacée. La Banque mondiale se mobilise pour protéger ce site essentiel pour les populations riveraines.