La transhumance politique

23/06/2011
La transhumance politique

Même si elle n’est pas obligatoire l’appartenance à un parti est pratiquement nécessaire pour un candidat a à une fonction parlementaire. Or, il arrive qu’un député élu sous les couleurs d’un parti change de formation politique postérieurement à son élection. Cela s’appelle la transhumance politique.

Ce nomadisme est lié à la faiblesse des partis africains. Constitués souvent sur des bases ethniques, ils n’ont pas un programme solide qui encadre les élus. Ceux-ci lorsqu’ils appartiennent à l’opposition peuvent succomber au bout d’un certain temps aux délices du pouvoir et quitter leur formation pour aller grossir les rangs de la majorité.

En pure théorie, la transhumance politique se justifierait par le fait que l’élu n’est pas lié par un mandat impératif et qu’il représente non son parti mais la nation dans sa globalité. Mais, en réalité,  la transhumance est la violation d’un contrat moral, passé avec les électeurs. On ne peut pas se présenter sous un vêtement et exercer son mandat sous un autre.

Voilà pourquoi est en train d’émerger un principe constitutionnel qui interdit la transhumance. Il figure dans le projet de Constitution proposé au, peuple marocain par le Roi Mohammed VI. De nombreuses constitutions africaines l’ont expressément adopté. Elles établissent un lien contraignant entre le parlementaire élu sur la liste électorale d’un parti et celui-ci. Tout retrait ou toute exclusion de ce parti, en cours de mandat, met fin à son mandat parlementaire.

L’interdiction de la transhumance est un facteur de progrès. Elle permet l’émergence de partis solides et responsables.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Une affaire qui ne tient pas la route

Finances

Après deux journées en garde à vue, Vincent Bolloré est ressorti mercredi soir du bureau des juges financiers parisiens avec une mise en examen pour ‘corruption’.

Exploiter la puissance du commerce pour lutter contre la pauvreté

Développement

Le Togo a bénéficié pendant 3 ans du Cadre intégré renforcé (CIR), une initiative de l'organisation mondiale du commerce. 

La qualité des soins est l'objectif central

Santé

Le président Faure Gnassingbé s’est rendu mardi au CHU Sylvanus Olympio de Lomé, le plus grand hôpital du pays.

Mutualiser le renseignement

Coopération

Les ministres de la Sécurité du Conseil de l’Entente ont validé ce weekend à Lomé le mécanisme ‘Entente Renseignements’.