La transhumance politique

23/06/2011
La transhumance politique

Même si elle n’est pas obligatoire l’appartenance à un parti est pratiquement nécessaire pour un candidat a à une fonction parlementaire. Or, il arrive qu’un député élu sous les couleurs d’un parti change de formation politique postérieurement à son élection. Cela s’appelle la transhumance politique.

Ce nomadisme est lié à la faiblesse des partis africains. Constitués souvent sur des bases ethniques, ils n’ont pas un programme solide qui encadre les élus. Ceux-ci lorsqu’ils appartiennent à l’opposition peuvent succomber au bout d’un certain temps aux délices du pouvoir et quitter leur formation pour aller grossir les rangs de la majorité.

En pure théorie, la transhumance politique se justifierait par le fait que l’élu n’est pas lié par un mandat impératif et qu’il représente non son parti mais la nation dans sa globalité. Mais, en réalité,  la transhumance est la violation d’un contrat moral, passé avec les électeurs. On ne peut pas se présenter sous un vêtement et exercer son mandat sous un autre.

Voilà pourquoi est en train d’émerger un principe constitutionnel qui interdit la transhumance. Il figure dans le projet de Constitution proposé au, peuple marocain par le Roi Mohammed VI. De nombreuses constitutions africaines l’ont expressément adopté. Elles établissent un lien contraignant entre le parlementaire élu sur la liste électorale d’un parti et celui-ci. Tout retrait ou toute exclusion de ce parti, en cours de mandat, met fin à son mandat parlementaire.

L’interdiction de la transhumance est un facteur de progrès. Elle permet l’émergence de partis solides et responsables.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.