Le rejet d’une réforme constitutionnelle d’exclusion

05/07/2014
Le rejet d’une réforme constitutionnelle d’exclusion

Le président togolais Faure Gnassingbé

Dés qu’a été lancé le débat sur la réforme éventuelle de la constitution, le président de la République a manifesté sa volonté d’ouverture en insistant sur le fait que la décision revenait à l’organe compétent : l’Assemblée Nationale. Devant les réticences manifestées par une partie de l’opposition, le gouvernement a accepté qu’une discussion préalable se déroule entre les partis représentés à l’Assemblée avec la participation d’un facilitateur incontesté. `

Malgré l’absence de consensus, le Président a insisté pour que le débat se déroule à l’Assemblée sur les propositions énoncées par l’opposition et ile gouvernement a soumis ces propositions dans un projet de loi à l’Assemblée.

Ce projet a été largement rejeté par l’Assemblée alors que pour être adopté il aurait du recueillir le vote des 4/5.

Les raisons de ce rejet sont claires.

L’opposition a voulu mélanger la discussion parlementaire et la pression de la rue en organisant trois jours de manifestations. Comment recueillir l’adhésion de l’assemblée lorsqu’on cherche à tourner sa volonté par l’agitation désordonnée ?

Il existe aussi des raisons de fond au rejet. Certes toute constitution est perfectible et la constitution togolaise n’échappe pas à la règle .Mais, au lieu de chercher cet aggiornamento, l‘opposition n’avait qu’une idée en tête ; organiser juridiquement une inéligibilité pour empêcher le président sortant de se représenter à la prochaine élection présidentielle. Comment, dans ces conditions, l’opposition pouvait-elle espérer que la majorité accepterait de se faire harakiri en excluant l’un des principaux compétiteurs de la course présidentielle ?

On est étonné de voir que ceux qui passent leur temps à demander des dialogues inclusifs aient pu imaginer que l’Assemblée Nationale voterait une réforme « exclusive ».

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.