Le renouveau de l'économie togolaise

01/10/2007
Le renouveau de l'économie togolaise

Avec la tenue des élections législatives, le dernier obstacle à la reprise totale de la coopération avec l'Union européenne disparaîtra.Mais le Togo vit déjà grâce à la politique déterminée du Président Faure et de toute son équipe un frémissement économique notable. Deux des principaux secteurs de l'économie togolaise , le coton et les phosphates, sont en voie d'être remis sur pied. Pour le coton les producteurs étaient découragés et ne plantaient plus faute d'être payés. Ils viennent d'être réglés des sommes qui leur étaient dues et ils peuvent prendre un nouveau départ.

Les phosphates avaient souffert de la situation internationale et d'une privatisation ratée. L'Etat vient de reprendre le contrôle de la totalité du capital de la société d'exploitation et cette reprise en mains a suscité la confiance : la Banque islamique de développement vient d'accorder un crédit de 45 milliards CFA à la Société nouvelle des phosphates du Togo.

Quant au port de Lomé qui connaît une gigantesque expansion, il voit se presser à ses quais les compétiteurs.

Il est vrai, une hirondelle ne fait pas le printemps mais, quand la nuée s'amplifie, l'optimisme est justifié.

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un nouveau marché pour la ville de Bafilo

Développement

L’Etat va investir 450 millions de Fcfa pour la construction du nouveau marché de Bafilo (Nord du Togo, 26.000 habitants).

Le 2 février met les petits plats dans les grands

Tourisme

L’hôtel du 2 février (ex-Radisson Blu) organise à partir de ce samedi une semaine gastronomique pour découvrir les saveurs du Togo et du monde entier.

La musique pour adoucir les tensions

Culture

Un message d’amour et d’espoir en ces temps troublés. Telle est l’ambition de Valentine Alvares à travers son nouveau single sorti jeudi.

Villes de demain

Développement

Les pouvoirs publics ont signé un mémorandum d'entente avec ONU-Habitat pour mieux gérer l'urbanisation galopante.