Le sens d'un message

08/02/2007
Le sens d'un message

Les émouvantes cérémonies qui ont entouré le second anniversaire de la mort du Président Eyadema ne doivent pas seulement nous remettre en mémoire le grand disparu. Elles doivent aussi nous inciter à méditer le sens du message qu'il nous a légué.

La construction d'une Nation n'est pas chose aisée. Il faut savoir imposer la nécessaire unité nationale tout en respectant la diversité des peuples réunis dans un même Etat. Quand on voit les déchirements que connaissent tant d'Etats africains de la Côte d'Ivoire au Tchad en passant par la Centrafrique, on ne peut qu'admirer le legs du Président Eyadema.L'édification d'un Etat n'en est pas moins nécessaire. Il faut une armée, une police, une administration organisées et respectées. Là aussi l'instrument qu'a laissé Eyadema est d'une qualité que peu d'Etats connaissent.

Mais, la force essentielle d'un Etat c'est la pérennité. Les structures doivent être assez solides et assez malléables pour pouvoir résister aux crises de succession et aux évolutions de la société politique.

Dans le temple de Pya, on ne pouvait qu'être rassuré sur ce point en voyant siéger côte à côte Faure Gnassingbé et Yaowi Agboyibo- un des plus farouches opposants au général Eyadema-. Les institutions ont résisté au changement. On ne peut qu'en rendre hommage au grand disparu.

Koffi Souza

© L'Union- Togo- du 9 février 2007

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

TogoCel est un supporter enthousiaste

Sport

Togo Cellulaire met la main au porte-monnaie. Son directeur général a remis un chèque de 75 millions de Fcfa au comité de mobilisation de la CAN.

Le Togo au seuil du Compact

Coopération

Le Togo a franchi une étape décisive l’année dernière dans le processus devant conduire à son éligibilité au MCA.

Le PUDC se déploie dans tout le pays

Développement

Le Togo a lancé il y a quelques mois un ambitieux projet dénommé le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC).

Opération neutralisation

Faits divers

Un Togolais et un Burkinabé ont été présentés jeudi à la presse par la police. Arrêtés récemment, ils font partie d’un gang de coupeurs de routes.