Le vaccin de l’espoir

08/04/2010
Le vaccin de l’espoir

Le paludisme frappe 300 à 500 millions de personnes. Il occasionne 1,5 à 2,7 millions de décès par an. 80 % des cas sont enregistrés en Afrique subsaharienne.

C’est dire l’importance que revêt la recherche d’un vaccin. Or, après des années de recherches infructueuses, des pistes prometteuses permettent d’espérer une solution prochaine.

Un vaccin expérimental a révélé une efficacité incontestable. Il se situe dans la dernière phase d’essais.
Il a été administré à titre expérimental à diverses populations africaines et il a permis de réduire de 65% le nombre d'infections par paludisme.. « Nous sommes plus près que jamais et de la mise au point d'un vaccin contre le paludisme pour les enfants en Afrique, estime Christain Loucq, directeur de l'O.N.G. Initiative Vaccin contre le Paludisme (MVI).
Une autre piste est suivie par des chercheurs japonais. Ils ont modifié génétiquement un moustique afin que sa salive contienne une protéine servant de vaccin contre certaines maladies dont le paludisme. Il s’agirait ainsi d’un vaccinateur volant : un moustique transgénique qui inoculerait le vaccin par voie sanguine.
Le vaccin de l’espoir est appelé à devenir une réalité dans les trois à cinq ans.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Corridor à risques pour les enfants

Coopération

L'UE veut protéger les enfants migrants le long du corridor Abidjan-Lagos. Le Togo est directement concerné. 

L'humain au coeur de l'action

Développement

Depuis près de 40 ans, le Togolais Julien Nyuiadzi consacre son énergie au développement agricole de son pays en plaçant l’humain au cœur de ses actions. 

Libération de sept des huit étudiants de l'UL

Justice

La justice a ordonné lundi soir la libération de sept des huit étudiants détenus depuis la semaine dernière à la suite de manifestations sur le campus de l'université de Lomé.