Les cinquante ans du Togo

26/04/2010
Les cinquante ans du Togo

S’il suffit d’un jour pour créer un Etat, il faut des siècles pour que se forge une Nation. C’est dire qu’à l’échelle de l’histoire des hommes, les cinquante ans du Togo que l’on fête ce 27 avril 2010 ne sont que quelques épisodes d’une fondation. Mais ils n’en sont pas moins fondamentaux parce que comme pour les êtres humains, c’est dans l’enfance que se forgent les traits du caractère.

Pour tracer l’histoire du Togo, on serait tenté de distinguer deux grandes phases.

La première, celle de Sylvanus Olympio dont le nationalisme ardent a permis l’accession à la souveraineté internationale. Ce premier président du Togo est un homme du Sud représentatif des différents métissages qui ont marqué la société togolaise. Il a la lourde tache de conduire le Togo du statut de colonie à celui d’Etat. Il ne s’embarrasse pas des contradictions qui traversent la société togolaise à la fois jalouse de son indépendance et avide des apports extérieurs.

La seconde est celle de Gnassingbé Eyadema qui lui succède et qui marque le retour à l’authenticité. Cet homme du nord croit à la spécificité de la Nation togolaise.Il lui revient de construire un Etat et une armée solides. L’état togolais accède à une certaine maturité. Il est apprécié sur la scène internationale et sa gestion interne est louée.
Mais, dans les années quatre vingt dix, le tissu national commence à se déchirer.

La crise économique fait ressurgir la division entre le nord et le sud : les rivalités régionales ou ethniques s’aiguisent toujours quand les ressources viennent à manquer. La mondialisation de l’information, le déclin du modèle communiste font naître des aspirations nouvelles à la liberté et à la démocratie. La société togolaise va connaître dix ans de crise et d’affrontements qui atteindront leur paroxysme à la mort de Gnassingbé Eyadema.

L’élection de Faure marque le début d’une ère nouvelle. La première mission que se fixe le nouveau Président qui marie en sa personne les traditions du Nord et du Sud est de réconcilier les Togolais. C’est une tache difficile mais le nouveau Président a fait de sa discrétion une force et de son entêtement une vertu. La signature de l’Accord Politique Global marque une étape fondamentale dans l’histoire du Togo. Ce combat pour l’unité togolaise doit être poursuivi mais en même temps il faut adapter la gouvernance du Togo aux exigences de l’époque.

En ce jour anniversaire, il faut rendre un hommage solennel à tous ceux qui ont exercé des responsabilités publiques dans ces cinquante ans d’histoire du Togo. C’est la fusion de leurs apports qui a permis au Togo moderne d’exister et qui donne aux citoyennes et aux citoyens la fierté d’être Togolaises et Togolais.

Kofi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Maroc, 16 membre de la Cédéao ?

Cédéao

Le Maroc a officiellement informé vendredi la présidente de la Cédéao de sa volonté d’adhérer à cet ensemble régional ouest-africain.

La FTF noue de nouvelles alliances

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) tente de se reconstruire après des années d’errance et de gestion calamiteuse.

Nouvelle alerte à la méningite

Santé

Depuis le 1er janvier, 201 cas de méningite ont été identifiés au Togo. Le bilan actuel est de 17 morts dans 17 districts sanitaires.

Affrontement d’idées

Culture

La 2e édition du championnat des joutes verbales francophones aura lieu du 25 février au 18 mars à Lomé.