Les deux guerres du Sahara

15/11/2012
Les deux guerres du Sahara

Les chefs d’Etat de la Cédéao se sont réunis cette semaine pour définir les conditions d’une opération militaire dans le Nord Mali. Il faudra encore du temps avant que tous les moyens soient réunis et mis en œuvre mais la décision est prise de tout faire pour rétablir l’unité territoriale du Mali. L’affaire malienne a occulté jusqu’à présent le second foyer de tension saharien dans le sud marocain composé des territoires qui étaient sous la colonisation espagnole et qui sont aujourd’hui partie intégrante du Royaume marocain avec une large autonomie.

L’Algérie n’a jamais accepté cette intégration et elle soutient la rébellion du Polisario. L’Algérie convoite les ressources du sous sol et surtout l’accès à l’Atlantique que lui procurerait sa main mise sur ces territoires.

Il en résulte une forte tension entre les deux pays du Maghreb. La stratégie de l’Algérie forte des ressources procurées par le gaz et le pétrole est de  se surarmer dans l’optique d’une éventuelle confrontation  avec le Maroc. Il s’agit pour elle de se placer en position de force et d’obliger le Maroc à augmenter ses dépenses militaires au détriment de la satisfaction des populations civiles.

La course à l’armement entre les deux pays s’accélère. Après l’annonce par Alger de son intention d’acquérir 60 avions militaires de fabrication russe. Le Maroc a fait d’importantes commandes notamment de frégates multi mission FREMM et de 24 avions de combat F16 (coût global 2,4 milliards de dollars). Les Forces Royales Air (FRA) ont déjà réceptionné un premier lot de 4  F-16 C/D Block 52 (seize F16 C et de huit F16 D biplace).

Grâce aux importantes recettes pétrolières, le budget algérien de la Défense ne cesse d’augmenter chaque année à une moyenne de 10%. Les dépenses allouées à la Défense marocaine absorbent 15% du budget annuel, soit 5% du PIB.

Pour renouveler sa flotte maritime militaire, le Royaume chérifien a lancé ces quatre dernières années, la commande de plusieurs frégates.

La première frégate multi mission (FREMM) vendue à l’export par le groupe français de construction navale DCNS, a été mise à flot, le 14 septembre. Baptisée « Mohammed VI », la frégate FREMM qui sera livrée au Maroc en 2013, sera ainsi le plus grand navire jamais acquis par la marine royale marocaine. Le bâtiment est long de 142 mètres et large de 20 mètres, avec une vitesse maximale de 27 nœuds pour un déplacement de 6.000 tonnes. Il sera armé par des missiles Exocet MM40-Block3 antinavires et Aster 15 de défense aérienne, une tourelle de 76 mm et des torpilles MU90 et un radar multifonctions à grande distance Herakles, sans oublier les équipements de guerre électronique et les sonars CAPTAS 4 et UMS 4110 CL fournis par Thales.

Pour l’instant les conflits du Mali et ceux des provinces sahariennes du Maroc sont dissociés. Mais le risque d’un embrasement généralisé ne doit pas être sous-estimé.

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.