Les droits de l’homme au Togo

10/10/2011
Les droits de l’homme au Togo

La protection des droits de l’homme est une des exigences de base de la démocratie. La revue périodique à Genève de la situation des droits de l’homme dans notre pays a permis de constater l’étendue des progrès accomplis par le Togo en ce domaine. La liberté des medias est largement assurée en droit et dans la pratique. Presse, radios, télévision et internet sont pluralistes. La liberté d’association et la liberté de réunion sont garanties. Le libre exercice du droit de vote est assuré sans restriction.

A partir de ce constat, les esprits se divisent. D’aucuns trouvent le tableau idyllique. D’autres repeignent l’édifice des libertés en noir et estiment que la situation  n’est pas satisfaisante.

La réalité est à mi-chemin entre ces deux extrêmes.

Les avancées des libertés sont incontestables. Le Togo progresse chaque jour en ce domaine. Mais il faut faire pénétrer cette exigence libérale dans les mentalités de tous les agents d’autorité. Il faut aussi que la justice considère comme essentielle sa mission de protection des libertés.

Il faut enfin que les libertés ne soient pas dévoyées par ceux qui prétendent les promouvoir. Ainsi une presse libre c’est bien mais une presse qui diffame, ment et provoque trouble l’ordre social.

Il n’est pas de liberté sans responsabilité.

Koffi souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le ministère de l’Environnement a publié jeudi les résultats d’une enquête sur la présence des POP (Polluants organiques persistants) au Togo.

Football apaisé

Sport

Des incidents ont émaillé plusieurs rencontre du championnat de première division. Les sanctions sont tombées jeudi.

30.000 spectateurs pour 20 ans de carrière

Culture

Vingt ans de carrière, ça se fête. King Papavi Mensah offrira à ses fans un concert géant le 30 avril au stade de Kégué.

La détermination du gouvernement ne s'érode pas

Environnement

Le gouvernement et ses partenaires vont mettre 90 milliards de Fcfa sur la table pour lutter contre l’érosion côtière qui fait des ravages.