Les impasses centrafricaines

05/01/2014
Les impasses centrafricaines

La situation humanitaire en Centrafrique se dégrade.L’autorisation donnée par l’ONU à la France d’épauler la  force africaine -la Misca- n’a qu’une valeur provisoire et il appartient au secrétaire général de l’ONU de proposer au conseil de sécurité une transformation de cette action en opération onusienne de maintien de la paix. Mais les intérêts sont en ce domaine divergents.

La France ne souhaite pas s’engager dans le long terme. Conformément à sa doctrine, la France préfère que le poids de l’intervention soit supporté par l’ONU. Prête à intervenir en urgence, elle ne veut pas se laisser aspirer dans une sorte de gouvernorat de la Centrafrique.

 Mais  l’Union africaine ne veut pas pour l’instant se laisser déposséder de la mission de maintien de la paix qu’elle assume principalement avec le concours du Tchad . Les ambitions au leadership de ce pays incitent l’UA à retarder le principe d’une intervention onusienne,

Il reste cependant à l’organisation d’Addis Abeba de faire la preuve de soin efficacité sur le terrain...

Dans ces conditions la France est retenue par la main en Centrafrique et risque de voir entrainée malgré elle à alourdir le poids de son intervention.                               

La situation est d’autant plus délicate que l’intervention française applaudie à ses débuts est à présent contestée par une partie de la population.

S’engager était pour la France une option nécessaire .

Se dégager sera une opération autrement plus complexe .

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Togo se mobilise en faveur des sinistrés

Cédéao

Faure Gnassingbé a effectué jeudi une visite de quelques heures en Sierra-Leone pour évaluer l’ampleur des dégâts.

PPAAO : nouvel appui de la Banque mondiale

Coopération

La Banque mondiale a accordé un financement additionnel pour l'amélioration de la productivité agricole au Togo.

L'heure est à la clarification

Social

Les employeurs rechignent à offrir à leur personnel une protection sociale digne de ce nom. Pourtant les textes sont précis.

Fraude avérée selon la FTF

Sport

En mai dernier, un match de D1 opposant Gbikinti de Bassar et Maranatha s’était soldé sur un score de 11 à 0 !