Les oiseaux doivent se cacher pour ne pas mourir

13/09/2013
Les oiseaux doivent se cacher pour ne pas mourir

En Egypte, les oiseaux doivent se cacher pour ne pas mourir. Dans l’atmosphère délétère que vit le pays à l’heure actuelle, il ne fait pas bon d’être volatile. Déjà, chaque voisin apparaît comme un espion potentiel, alors lorsqu’apparaît un étrange animal la suspicion enfle.

La dernière victime est une cigogne «française». Les autorités du gouvernorat de Qena, dans le sud de l'Égypte, ont emprisonné une cigogne. 

Un homme l'ayant trouvée près de son domicile s’est étonné de la voir porter un boîtier sur le dos. Il a capturé l'oiseau et l’a amené au poste de police. Interloqués les  policiers ont placé la cigogne derrière les barreaux.

Mais, le 31 août, un vétérinaire a mis fin au quiproquo : il ne s'agit ni d'un kamikaze ni d'un espion, mais d'une balise utilisée par des scientifiques français pour suivre les déplacements de ces oiseaux migrateurs.

Le 3 septembre, le volatile est libéré et on peut croire son calvaire fini. Mais l’histoire se termine mal. L’oiseau ne survivra pas à l’hiver arabe. Surnommé «Menes», l'oiseau est abattu et mangé par des villageois égyptiens avant d'avoir pu quitter le pays.

Le chameau offert à François Hollande par les Maliens avait fini en tajine, la cigogne a du sans doute être consommée en brochette ou en pastilla.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Blitta va devenir un carrefour commercial

Développement

Dans 8 mois, les habitants de Blitta auront un nouveau marché. Une réalisation qui s'inscrit dans le cadre du PUDC.

Togo-Libye : score nul

Sport

La Togo a fait match nul (0-0) vendredi à Alexandrie (Egypte) face à la Libye en match amical.

Les Eperviers changent d’équipementier

Sport

La Fédération togolaise de football (FTF) a signé jeudi un accord avec l’équipementier allemand Puma. Seulement pour une durée limitée.

La Cour constitutionnelle n'est pas une juridiction comme les autres

Justice

La Cour constitutionnelle croule littéralement sous les requêtes de saisie pour un oui ou pour un non. L'heure est à la clarification.