Maroc : le succès royal

01/12/2011
Maroc : le succès royal

Avec l’organisation et la tenue dans la sérénité des élections législatives du 25 novembre 2011, le Roi Mohammed VI a remporté un succès éclatant. 

Alors que les pays arabes connaissent des successions révolutionnaires et troublées, il a réussi à organiser dans le calme une transition démocratique au Maroc.

Ce scrutin avait été précédé par le referendum sur la nouvelle Constitution qui démocratise fortement le pouvoir et augmente le pouvoir du premier ministre et du gouvernement. 

Cette profonde libéralisation du système politique a été très bien accueillie par la population .Elle a en même temps coupé l’herbe sous le pied au « mouvement du 20 février » qui cherchait à imiter les insurrections tunisiennes ou égyptiennes mais qui n’a jamais connu le succès populaire. Son appel au boycott du scrutin législatif n’a guère été suivi ; Le taux de participation en progrès par rapport aux précédentes législatives-plus de 45%-le démontre.

Tous les observateurs internationaux ont reconnu la sincérité du vote et le climat de liberté qui a présidé au scrutin.

Les islamistes modérés du Parti de la Justice et du Développement (PJD), ont remporté une majorité relative lors des législatives du 25 novembre, avec 107 sièges sur 395 (contre 47 dans la précédente chambre de 325 membres.) Trois partis de l'actuel gouvernement - l'Istiqlal (indépendant : 60 sièges), le Rassemblement national des indépendants (libéral : 52 sièges), et l'Union socialiste des forces populaires (39 sièges) - se sont déclarés ouverts à des consultations avec le PJD pour la formation d’un cabinet de coalition.

Le succès des islamistes modérés aux élections est nuancé par le fait qu’ils ne disposent pas de la majorité absolue et qu’ils devront s’assurer le concours des autres partis pour gouverner. 

Néanmoins, conformément à la Constitution qui oblige à choisir le premier ministre au sein  du parti arrivé en tête, le Roi a désigné comme premier ministre Abdelilah Benkirane leader du Parti de la Justice et du Développement (PJD), pour former un gouvernement de coalition.

Ainsi se poursuit avec succès la voie sereine choisie par Sa Majesté Mohammed VI pour la modernisation institutionnelle du Maroc.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.