Mourir pour le Mali

01/06/2016
Mourir pour le Mali

Le sacrifice des soldats de la paix

Cinq Casques bleus togolais de la mission de l’ONU au Mali (Minusma), ont été tués dimanche dans l’explosion d’une mine sur l’axe Tenenkou-Sévaré, dans la région de Mopti. Un autre a été grièvement blessé.

Dés qu’il a été informé de la triste nouvelle, le président Faure Gnassingbé a présenté ses condoléances aux familles des victimes. On sait que les forces armées togolaises apportent un soutien sans réserve aux missions de sécurité de l’ONU ou de l’union africaine .On sait aussi combien sont appréciés le professionnalisme et le sens du devoir des  soldats togolais.

Mais l’action militaire n’a été rendue nécessaire que par le désordre que les autorités civiles ont laissé se développer trop longtemps au Mali. Sous le couvert d’une démocratie de façade l’insécurité et le banditisme avaient gangrené le pays depuis les années.1992.

C’est dire que la progressive reconstruction du pouvoir malien est aussi nécessaire que l’action militaire pour retrouver un Mali uni et rassemblé.

Le sacrifice des soldats de la paix togolais doit remettre au premier plan la réforme de l’Etat malien.

Koffi SOUZA

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ethnique et chic

Culture

Le 10 août prochain, le designer Latif Kérim Dikéni présentera sa nouvelle collection hommes au cours d’une soirée organisée dans un grand hôtel de Lomé.

'Dynamique exceptionnelle vers l’émergence'

Développement

A New York depuis le début de la semaine, le Premier ministre s'est entretenu avec un certain nombre de responsables des Nations Unies 

Six grandes villes bénéficiaires d'un nouveau projet de développement

Développement

La Banque mondiale va investir 30 millions de dollars dans le projet d’infrastructure et de développement urbain (PIDU).

Combattre les causes premières de la pauvreté

Développement

Un segment ministériel du Forum politique de haut-niveau sur le développement durable s’est ouvert hier à New York.