Quelle constitution pour l’Afrique ?

13/02/2012
Quelle constitution pour l’Afrique ?

Depuis que les sociétés organisées existent, les hommes sont à la recherche des institutions idéales. Quête toujours renouvelée parce que la perfection n’est pas de ce monde et que les exigences des citoyens sont sans cesse en évolution.

Dans l’important discours sur les problèmes constitutionnels qu’il a prononcé à l’occasion du colloque régional des Cours constitutionnelles, le président du Togo, Faure Gnassingbé, a défini avec sagacité les lignes de force et les problèmes du constitutionnalisme contemporain.

La primauté de la Constitution garantissant les droits des citoyens et promouvant l’Etat de droit s’est imposée comme une exigence universelle. Mais des orientations essentielles restent en débat.

Le rôle de la juridiction constitutionnelle tout d’abord.

On a conféré à cette juridiction une fonction de régulation de l’ordre étatique lui permettant de régler les conflits institutionnels.et électoraux. Le juge constitutionnel tend à devenir le gardien suprême des lois et des libertés.

Cette instance doit  faire respecter la loi fondamentale et l’interpréter sans la pervertir.

Encore faut-il que la Constitution soit adaptée aux besoins de la société.

Les Etats africains sont partagés entre deux exigences contradictoires : le besoin de renforcer l’unité africaine qui pousse aux regroupements et l’exaltation des autonomismes ethniques, religieux ou régionaux. L’exemple du Mali qui se déchire en est une illustration. La Constitution doit« permettre l’épanouissement des diversités sans compromettre l’unité nationale.  »

Comme l’a exprimé sagement le chef de l’Etat togolais, il faut dégager les voies et les moyens d’un nouveau constitutionnalisme africain en se gardant  « de deux tentations extrêmes : .les changements constitutionnels intempestifs qui ruinent la majesté de la Constitution et l’immobilisme constitutionnel qui pousse au changement brutal. »

Koffi Souza

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Liberté, modernité, efficacité

Justice

Le secteur de la justice est en phase d'évolution et de modernisation. Un audit donne des pistes pour davantage d'efficacité. 

Mango et Dapaong bénéficient d'un appui de l'UE

Coopération

L'UE va consacrer plus de 300 millions à la réhabilitation du réseau d’eau potable à Mango et Dapaong.

Klassou lance la riposte

Santé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a reçu jeudi Christian Maoula, le directeur d’ONUSIDA pour le Togo.

Analyse qualitative

Santé

Cofinancé par la Fondation Mérieux et l’AFD, le nouveau laboratoire central a été inauguré jeudi à Lomé.