Racisme

24/09/2009
Racisme

Le racisme est souvent le refuge des perdants, des laissés pour compte qui se sentant prêts de se noyer cherchent à se grandir en attaquant les autres. Les Etats-Unis s'étaient surpris eux-mêmes d'avoir fait fi du racisme pour élire Barack Obama. Mais, voici que devant les importantes réformes que suggère le président américain-et notamment celle de la santé, des groupes extrémistes tentent de réveiller le racisme pour défendre leurs intérêts lésés par les transformations annoncées par Obama.

Jimmy Carter  a accusé les détracteurs d'Obama qui menacent de faire échouer au Congrès le plan santé d'être mus par le racisme : « Je pense qu'une part énorme de la forte animosité manifestée contre le président Barack Obama tient au fait qu'il est noir. Ça remonte à la surface : je crois que pour de nombreux Blancs, pas seulement dans le Sud, les Afro-Américains ne sont pas qualifiés pour diriger ce grand pays. »Pourtant, le racisme ne fait plus recette aux Etats-Unis et il s'estompe de jour en jour.

En 1978, seulement 36% des Américains approuvaient les mariages entre blancs et noirs. En 1991, ils étaient 48% en 2002,  65%  en 2000, 77% en 2007 et prés de 80% aujourd'hui.

Les Américains sont prêts à tourner la page du racisme.

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.