Réchauffement

13/02/2008
Réchauffement

Les diplomates qui connaissent l'art de la litote ont parlé de refroidissement pour qualifier la relation germano togolaise dans ces quinze dernières années. On aurait pu aussi bien évoquer une glaciation tant il y avait d'acharnement de la partie allemande à maintenir le Togo sous sanctions. C'est pourquoi il faut se féliciter sans réserves de la nouvelle donne qui s'est manifestée lors de la visite à Lomé cette semaine d'une importante délégation  conduite par le ministre des affaires étrangères allemand.

Le dialogue est renoué, les voies de la coopération sont rouvertes. L'évolution politique récente du Togo sous l'impulsion de Faure Gnassingbé a conduit à ce cheminement positif. Mais , c'est aussi l'arrivée en Allemagne d'une majorité politique plus réaliste qui a permis d'inaugurer une nouvelle ère des relations entre le Togo et l'Allemagne. 

Chacun l'aura compris : c'est la coopération et la bonne santé économique qui permettent le changement démocratique tandis  que l'exclusion et les sanctions renforcent les tensions. Cette semaine fut marquée au Togo par la fin de l'harmattan et le début de la chaleur comme si la nature avait voulu célébrer l'heureux réchauffement germano-togolais.

 

Koffi Souza

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Intégration technologique

Tech & Web

La Cédéao veut parvenir à l’intégration, y compris pour tout ce qui concerne le secteur des télécommunications, très porteur.

Au Maroc, Agadazi explique comment le Togo combat la pauvreté

Développement

Lutter contre la pauvreté est a priorité des priorités pour le gouvernement. De nombreuses initiatives ont vu le jour.

L'AIBA veut populariser la boxe au Togo

Sport

L’International boxing association (AIBA) a lancé vendredi l’année de la boxe en Afrique destinée à promouvoir cette discipline sur le continent.

Une justice en mouvement

Justice

Une étude réalisée par Afrobaromètre révèle que dans la plupart des pays africains, des obstacles majeurs entravent encore l'accès des citoyens à la justice.