Remettre le secteur privé au cœur du développement

02/10/2008
Remettre le secteur privé au cœur du développement

L'Afrique est justement inquiète de la dégradation de la situation économique mondiale. S'il n'est pas certain que les crises rendent les riches plus riches, elles ont certainement pour conséquence de rendre les pauvres plus pauvres.  Voilà pourquoi le secrétaire général de l'ONU a organisé cette semaine une réunion spéciale sur le développement de l'Afrique. La situation du continent n'est pas totalement négative. Son taux de croissance annuel moyen s'accélère et devrait être supérieur à 6 % en 2008. Mais les conditions de vie réelles des populations ne s'améliorent guère. Dés lors deux voies doivent être explorées en parallèle.

Il convient tout d'abord d'améliorer la gestion publique. La recherche de la bonne gouvernance est devenue le principe de base de tous les programmes d'aides.Il faut d'autre part –et c'est le président français Sarkozy qui a insisté sur ce point- «remettre le secteur privé au cŒur du développement».

C'est en développant le maillage et la force des entreprises privées que l'on endiguera le chômage et réduira la pauvreté. Encore faut-il qu'il existe des possibilités de crédit et un réseau bancaire puissant. Et on en revient là au grand souci du temps présent.

Koffi Souza

En photo : Ban Ki-Moon, le secrétaire général des Nations Unies

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Médecine chinoise pour combattre le paludisme

Santé

Près de 200.000 injections d’artéméther ont été offertes vendredi au ministère de la Santé par les autorités chinoises.

Avant-première au 2 février

Culture

L’acteur américain d’origine béninoise, Djimon Hounsou, présentera son nouveau documentaire consacré au vaudou le 10 décembre à Lomé.

La Chambre consulaire régionale va déménager

Uemoa

La Chambre consulaire régionale de l’UEMOA aura dans 30 mois un nouveau siège à Lomé.

La Chine va moderniser la télévision publique

Coopération

La Chine va financer pour 3,5 milliards de Fcfa la modernisation de la télévision publique (TVT) et dans une moindre mesure celle de Radio Lomé.