‘Trouver des solutions durables à la crise qui mine notre pays’

26/04/2018
‘Trouver des solutions durables à la crise qui mine notre pays’

Gilchrist Olympio

Dans un message publié à l’occasion du 58e anniversaire de l’indépendance du Togo, l’opposant historique Gilchrist Olympio a appelé la classe politique à contribuer à une issue heureuse de la crise politique que traverse le Togo depuis près de 9 mois. Voici son appel.

Togolaises, Togolais,

Mes chers compatriotes,

Il y a cinq mois je partageais avec vous la vision de l’Union des Forces de Changement (UFC) pour une sortie de la crise récurrente qui secoue notre pays le Togo.

Cette sortie médiatique du 28 novembre 2017 a trouvé un écho favorable auprès de nombreuses personnalités et une grande majorité de nos concitoyens sur le plan national et international.

Le dialogue, initié à la suite de la nouvelle crise ouverte le 19 août 2017 tente de survivre à l’orgueil, à l’arrogance, à la suffisance des uns et des autres. 

En réaffirmant la nécessité de ce dialogue, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), lors de son récent sommet à Lomé, a fixé des délais et demandé des recommandations aux Facilitateurs pour une sortie de crise. La CEDEAO entend accompagner ainsi les Togolais dans cette phase difficile de leur histoire.

J’exhorte les acteurs politiques togolais à la nécessaire humilité, à la modestie et au dépassement de soi pour trouver avec l’appui de la CEDEAO, des solutions durables à la crise qui mine notre pays.

La classe politique a l’impérieux devoir d’opérer des réformes institutionnelles et constitutionnelles fiables devant propulser le Togo sur la voie d’une démocratie consensuelle.

Mes chers Compatriotes,

L’accession de notre pays à la souveraineté internationale le 27 avril 1960 lui a offert d’énormes opportunités : celle d’être libre et maitre de son destin, celle de penser et réaliser son développement, celle de construire au fil du temps une démocratie exemplaire et d’être prospère.

Ces opportunités ont été brutalement estompées par l’inoubliable tragédie du 13 janvier 1963, marquée par l’assassinat du Président Sylvanus OLYMPIO. 

Depuis lors, le Togo est rentré dans un cycle infernal, ponctué de coups de force, de graves violations des droits de l’Homme, de hold up électoraux destinés à maintenir en selle ceux qui ont brisé l’espoir du peuple le 13 janvier 1963.

Les crises récurrentes, le malaise que vit le Togo depuis cette date ne peuvent être surmontés que si le peuple togolais renoue avec le rêve qui a abouti à la naissance de la nation togolaise.

Aussi, voudrais-je rendre un grand hommage aux pères et pionniers de l’indépendance. Que leur courage, leurs sacrifices illuminent le chemin de l’histoire, inspirent leurs héritiers dans la lutte pour une véritable démocratie, un développement aux fruits équitablement partagés, un pays stable, un pays de paix, des Togolais épanouis.

Leur héroïque lutte pour l’ABLODE principalement sous la bannière du Comité de l’Unité Togolaise (CUT) est aujourd’hui incarnée par l’Union des Forces de Changement (UFC). 

Elle la poursuit en tenant compte des erreurs du passé par une nouvelle ligne politique pleine de sagesse. Celle-ci est basée sur les valeurs du vivre ensemble, du pardon, de la réconciliation véritable et de la recherche dune paix durable, l’objectif étant de parvenir à une alternance politique pacifique.

Ainsi l’UFC prône le changement. Une alternance dans laquelle il fera bon vivre pour tous les Togolais, aussi bien pour ceux qui sont au pouvoir aujourd’hui et qui seront dans l’opposition demain, que pour ceux qui seront au pouvoir demain.

Mes chers compatriotes,

En acceptant de signer l’Accord du 26 mai 2010, l’UFC avait à coeur d’oeuvrer dans le sens de l’alternance politique pacifique.

Notre parti a voulu donner une ultime chance aux réformes institutionnelles et constitutionnelles de s’opérer dans l’esprit du dialogue, de la paix et de l’essor économique de notre chère patrie.

Malheureusement, l’incompréhension des uns et le non respect des clauses des autres ne nous ont pas facilités la tâche.

Notre pays se retrouve encore dans une situation politique difficile marquée par des marches et autres manifestations.

Plusieurs revendications sociopolitiques auraient pu trouver une solution durable avec l’Accord de 2010.

J’en appelle donc au sens de l’intérêt général de tous les acteurs politiques, qu’ils participent au dialogue ou non, pour qu’ils contribuent de la meilleure manière possible à une issue heureuse de la crise, dont le but est une alternance politique réussie.

Citoyennes, Citoyens,

Mes chers compatriotes, nous ne devons pas perdre de vue la nécessité de l’unicité d’actions de l’opposition dans notre combat pour l’enracinement de la démocratie, la fin du long règne du régime en place et la victoire aux prochaines élections qui doivent être libres, transparentes et crédibles.

Vive l’indépendance ! 

Vive le Togo !

Gilchrist Olympio

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Merci à Faure Gnassingbé

Cédéao

Le nouveau Premier ministre bissau guinéen, Aristides Gomes, va entamer une tournée ouest-africaine qui le mènera à Lomé.

Les droits des personnes est au cœur du développement

Développement

Le gouvernement togolais travaille pour garantir un développement inclusif, équitable et durable.

Sida : appui américain

Santé

Les Etats-Unis aident le Togo et d'autres pays africains à lutter plus efficacement contre le sida. Et fournit des moyens financiers.

N'avalez pas trop vite

Santé

Le marché de la contrefaçon de médicaments ne s’est jamais aussi bien porté.