Un conflit artificiel : le Sahara marocain

05/11/2009
Un conflit artificiel : le Sahara marocain

Il est des conflits qui obscurcissent inutilement l'horizon africain et qui devraient être élagués comme des branches mortes. Le problème du Sahara marocain est un de ceux là. Partie intégrante du royaume chérifien depuis 1976, l'ancien Sahara espagnol est revendiqué par le Front Polisario soutenu par l'Algérie.

A de nombreuses reprises , des tentatives ont été faites pour régler cette question. Elles ont échoué Voici qu'aujourd'hui le Maroc qui contrôle effectivement et avec le soutien des populations cet immense territoire vient de proposer une large autonomie à cette région pour permettre d'en finir avec ce débat vain. La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton  vient de renouveler  le soutien des Etats-Unis à la position marocaine sur la question du Sahara occidental.

Elle a également rendu un hommage mérité au roi du Maroc."Les Etats-Unis ont regardé avec beaucoup d'admiration les progrès que le Maroc a accomplis sous sa direction et celle du gouvernement démocratiquement élu du Maroc" a-t-elle affirmé.

Le Togo qui soutient depuis longtemps, avec force, l'unité du Maroc et qui ne reconnait pas le Polisario ne peut que se réjouir de cette position.

 

Koffi SOUZA

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

La mode africaine en vedette à Denver

Culture

The African Fashion Show aura lieu ce dimanche à Denver (Colorado). Six designers africains sont attendus parmi lesquels un Togolais.

Police citoyenne

Coopération

Les bonnes pratiques en matière policière mettent du temps à s’acquérir. L'UE assiste les fonctionnaires leur permettant de bénéficier d'une formation continue.

Vision sociale

Développement

Le succès de la politique gouvernementale passe par les programmes sociaux. Le PUDC en est un.

Faire face avec détermination aux défis sécuritaires

Cédéao

Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies pour l'Afrique de l'Ouest , a été reçu jeudi par Faure Gnassingbé.